RMC

Policiers tués à Magnanville: "Il est sorti du Velux en criant qu'il allait tous nous tuer"

Un couple de policiers a été tué à Magnanville lundi soir.

Un couple de policiers a été tué à Magnanville lundi soir. - Matthieu Alexandre - AFP

TÉMOIGNAGES - Quelques heures après le drame dans lequel un couple de policiers a été tué à Magnanville par un homme se revendiquant de l'Etat islamique, le voisinage est sous le choc. Ils ont assisté à la prise d'otages et à l'intervention du Raid.

Les habitants de Magnanville ont vécu une soirée d'angoisse lundi. Alors qu'il rentrait chez lui dans un quartier pavillonnaire de cette commune des Yvelines, un commandant de police a été tué par un homme armé d'un couteau. L'assaillant, un Français de 25 ans prénommé Larossi Abballa selon nos informations, s'est ensuite retranché dans le domicile du policier avant d'être abattu dans l'assaut donné par les forces de l'ordre. A l'intérieur de la maison, les policiers ont découvert le corps de la femme du commandant de police, également policière.

Arrivé très vite sur les lieux, ce voisin qui habite juste derrière le domicile des victimes a assisté à une partie du drame.

"Quand je suis arrivé, il était au milieu de la rue. On voyait qu'il avait eu un coup de couteau dans le ventre. Il était en mauvais état, on n'a pas pu le ranimer. Ensuite le preneur d'otages qui était dans la maison est sorti du Velux en haut en criant qu'il allait tous nous tuer", explique-t-il.

Durant les négociations avec la police, l'attaquant se serait revendiqué du groupe Etat islamique. "On a entendu Etat islamique et je vais tous vous tuer", confirme ce voisin. Quelques heures après, l'agence Amaq liée au groupe jihadiste a revendiqué l'attaque. 

"Heureusement le petit garçon est sauvé"

Monique, qui habite dans la rue à côté de celle des victimes a du mal à croire ce qui s'est déroulé dans son quartier. "Tous ces gens, le Raid... on a l'impression d'être dans un film. J'ai l'impression d'être dans un film là, je ne réalise pas", raconte-t-elle. Après l'assaut, les policiers ont retrouvé au domicile des deux policiers leur petit garçon de 3 ans, sain et sauf mais en état de choc.

"Heureusement que le petit garçon est sauvé, souligne cette voisine. Mais le voilà qui n'a plus de parents puisque le papa est mort et la maman aussi. Je les connaissais comme ça, quelqu'un qui avait l'air très gentil. Comment on peut en arriver à donner neuf coups de couteau? Il faut vraiment vouloir tuer. Je ne sais pas quelle haine il avait contre ces gens là."

L'assaillant connaissait-il ses victimes? Il était en tout cas domicilié à Mantes-la-Jolie, une commune où le commandant de police avait été en poste auparavant et où son épouse l'était toujours. Les policiers sont également désignés par le groupe Etat islamique comme des cibles privilégiées des jihadistes. L'assaillant, Larossi Abballa était connu pour des faits de vols, violences et de recel ainsi que pour radicalisation. En 2013, il avait été condamné avec sept autres personnes pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes". 

C. B avec Marie Regnier