RMC

INFO RMC – Le tueur de Magnanville est un Français de 25 ans, Larossi Abballa

Un policier a été tué devant chez lui lundi en début de soirée à Magnanville, dans les Yvelines. Selon nos informations, le tueur s'appelle Larossi Abballa, un Français de 25 ans, domicilié à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Il a déjà été condamné, en 2013, avec sept autres personnes, pour sa participation à l'envoi de jihadistes au Pakistan.

Un policier tué de plusieurs coups de couteau, sa compagne retrouvée morte: un homme se réclamant du groupe Etat islamique a frappé lundi soir dans une commune près de Paris, en plein Euro de football et sept mois après les attentats de novembre. Selon nos informations, l'assaillant s'appelle Larossi Abballa, un Français de 25 ans, domicilié à Mantes-la-Jolie (Yvelines), où il avait ouvert un restaurant l'an dernier. Il est aussi connu pour des faits de vols, de violences et de recel, mais aussi pour radicalisation. Il a été condamné en 2013, avec sept autres personnes, pour participation à une filière jihadiste entre la France et le Pakistan. Plus précisément, il avait été condamné à trois ans de prison dont six mois avec sursis pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes".

On ignore encore pourquoi il s'en est pris à eux, mais on sait que le commandant, chef adjoint de la Police judiciaire au commissariat des Mureaux, était auparavant en poste au commissariat de Mantes-la-Jolie et que sa compagne, elle aussi policière, était en poste au commissariat de Mantes-la-Jolie. 

Larossi Abballa
Larossi Abballa © Facebook

Il se revendique de l'Etat islamique

Il existe donc encore des zones d'ombre sur le déroulé mais on sait que le commandant de police a été tué peu avant 20h30, de neuf coups de couteau devant son domicile. L'assaillant s'est ensuite retranché dans le logement du policier, pendant plusieurs heures, encerclé par le RAID et la BRI de Versailles. Lors des négociations, il s'est revendiqué du groupe jihadiste Etat islamique et a dit avoir prêté allégeance à son chef, Abou Bakr al-Baghdadi. Au moment de l'assaut du RAID, les policiers l'ont entendu crier "Allah Akbar" ("Dieu est le plus grand").

La femme du policier a, elle, été retrouvée égorgée à l'intérieur de la maison. On ignore s'il l'a tuée avant ou après son mari. L'enfant du couple, âgé de trois ans, a été sauvé, mais est extrêmement choqué.

Claire Andrieux