RMC

Pourquoi la proposition de nommer Véronique Malbec au Conseil constitutionnel fait polémique

Véronique Malbec est une magistrate dont la nomination a été proposée par Richard Ferrand pour intégrer le conseil constitutionnel. Dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré a expliqué pourquoi cette proposition fait polémique.

Véronique Malbec pourrait devenir pour neuf ans, une des sages du Conseil constitutionnel. Un aboutissement pour cette femme de 63 ans à la carrière rectiligne. Elle a été juge d’instruction, substitut du procureur, directrice de l’école de la magistrature, procureur général à Rennes et à Versailles. Puis ensuite secrétaire générale du ministère de la Justice, la première femme nommée à ce poste. Aujourd’hui, elle est directrice de cabinet d’Eric Dupond-Moretti, le Garde des sceaux, et a donc occupé tous les plus hauts postes du ministère de la Justice.

Elle a la réputation d'être une femme indépendante. Elle a tenu tête dans le passé à plusieurs ministres de droite et de gauche en dénonçant le manque de moyens de la justice. Elle s’est aussi prononcée pour l'indépendance du parquet, l'éternelle réforme souvent proposée, jamais mise en œuvre… A la ville, Véronique Malbec forme un couple de pouvoir avec le directeur général de la police, Frédéric Veaux.

Le "retour du copinage"?

Mais cette nomination est contestée parce que lorsque Véronique Malbec était à la tête du parquet de Rennes en 2017, elle était la supérieure de la procureure qui a prononcé un non-lieu en faveur de Richard Ferrand (LREM). Il était poursuivi dans l’affaire des mutuelles de Bretagne, pour avoir installé cette mutuelle qu’il dirigeait dans des locaux appartenant à sa compagne, et il avait donc été blanchi par une heureuse décision de justice.

Et qui a proposé mardi la nomination de Véronique Malbec au Conseil constitutionnel ? Richard Ferrand, le président de l'Assemblée nationale. D'où les soupçons. "Ce sont des retours de service et du copinage", selon Ugo Bernalicis, de la France insoumise. C’est "un conflit d'intérêt évident" pour un représentant des Républicains.

Comment Richard Ferrand se défend

Richard Ferrand défend lui le choix d'une "haute magistrate de l’ordre judiciaire". Et concernant le dossier des Mutuelles de Bretagne, il a relevé qu'un procureur général ne peut "donner d’instruction dans le sens d’un classement d’une plainte". 

"C’est attenter à mon propre honneur que de faire croire que d’autres motivations que l’intérêt du respect de notre Constitution auraient pu guider mon choix" de nomination, a dénoncé le titulaire du perchoir.

La nomination de Véronique Malbec doit encore être validée par les députés et les sénateurs la semaine prochaine. Il devrait sans doute y avoir un débat animé...

>>> A LIRE AUSSI - Qui est Jacqueline Gourault, qu'Emmanuel Macron propose de nommer au Conseil constitutionnel?

Nicolas Poincaré (édité par J.A.)