RMC

Référence à McFly et Carlito avant un hommage à Samuel Paty: un Président ne devrait pas faire ça?

Emmanuel Macron a associé jeudi dans une même vidéo les humoristes McFly et Carlito et l'enseignant assassiné Samuel Paty. Une maladresse présidentielle à l'occasion des voeux pour la rentrée.

Après avoir reçu à l'Elysée les humoristes McFly et Carlito, très populaires sur les réseaux sociaux, Emmanuel Macron avait promis, en mai dernier, de faire apparaître les portraits des Youtubeurs dans ses allocutions. Ils avaient sensibilisé les plus jeunes aux gestes barrières dans une chanson.

Jeudi, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, pour souhaiter une bonne rentrée aux plus jeunes, le Président a fait apparaître un cadre avec le portrait des humoristes, donc, qui font une grimace.

Mais ce clin d'oeil a été fait juste avant de rendre hommage au professeur Samuel Paty, assassiné l'an dernier devant son établissement.

Marine Le Pen: "Les mots manquent pour qualifier ce niveau d’indécence et d’irrespect"

Un mélange des genres qui n'a pas manqué de faire réagir la classe politique, essentiellement à droite et à l'extrême-droite. "Choquant", "pitoyable"... Voilà les réactions en cascade, cinglantes, de responsables LR et RN après la vidéo du président de la République.

Sur Twitter, Marine Le Pen écrit même que "les mots manquent pour qualifier ce niveau d’indécence et d’irrespect". Chez Les Républicains, le désormais candidat à la présidentielle Eric Ciotti estime que le "en même temps est un naufrage !"

Dans l'entourage du chef de l'Etat, on regrette de fausses polémiques. On se défend sur la forme. Lorsqu'Emmanuel Macron évoque Samuel Paty, la photo des youtubeurs est tournée vers lui, ils ne sont donc plus visibles.

Mais on monte surtout au créneau sur le fond: "Le Président souhaite une bonne rentrée aux jeunes", dit-on. "Qu'il ait donc voulu rendre un hommage aux enseignants et à Samuel Paty ne paraît pas absurde", confie un conseiller qui rappelle la position très claire du Président sur les valeurs républicaines, lors de l'hommage national qu'il avait rendu au professeur assassiné.

>>> A LIRE AUSSI - "On se serait cru sous Hollande": pluie, panne de micro... dans les coulisses du discours de Macron à Marseille

Hélène Terzian (avec J.A.)