RMC

"On se serait cru sous Hollande": pluie, panne de micro... dans les coulisses du discours de Macron à Marseille

INDISCRETION RMC - "Le Journal du Off",  tous les matins 5h36 sur RMC: infos, coulisses, indiscrétions avec le service politique, pour tout savoir, tout comprendre à quelques mois de la présidentielle.

Un discours maudit? "Ni grand plan, ni chèque en blanc": Emmanuel Macron a annoncé des aides pour donner un nouvel élan à Marseille, "plus pauvre que d'autres", mais... sans chiffrer l'apport de l'Etat pour rénover les écoles délabrées de la deuxième ville de France. 

Si, en coulisses, les élus sont déçus, ce discours ressemble en effet à une malédiction pour certains: "On se serait cru sous François Hollande", ironise un conseiller d’Emmanuel Macron. Vous vous souvenez: François Hollande, ce Président sur lequel la pluie tombait dès qu'il mettait le nez dehors au début de son mandat. 

Devinez ce qui est arrivé à Emmanuel Macron, alors qu'il présentait son grand plan pour Marseille: une grosse averse en plein milieu de son discours. Moment de flottement. Le président tente de continuer sans parapluie... en demande un, puis finit par s'arrêter alors que les invités se lèvent pour se mettre à l'abri. 

>> A LIRE AUSSI - Des aides, pas un "chèque en blanc": à Marseille, Macron laisse les élus "circonspects"

L'averse passée, le discours reprend. L'histoire aurait pu s'arrêter là mais quelques minutes plus tard... Panne de courant. Plus de son. Les chaines d'info en continu interrompent une nouvelle fois la retransmission. Le Président, cette fois, ne s'arrête pas: il poursuit sans micro. Et sur place, une dizaine de minutes, c'est long... 

On a l'explication: les techniciens qui sonorisaient le discours ont en fait eux meme coupé le courant de peur que la pluie ne provoque un court-circuit. 

Quand ça veut pas, ça veut pas: le grand plan pour Marseille, à peine dévoilé, prend déjà l'eau, sourit-on sur place. 

Des nouvelles ce matin de la réforme de la dépendance

Et elles ne sont pas très bonnes. Nous vous parlions, cette semaine ,de la réforme des retraites qui risque bien de passer à la trappe. Et bien la grande réforme de la dépendance aussi: "Le Covid a pris trop de place. Le calendrier parlementaire est beaucoup trop serré d'ici la fin du quinquennat, on n'y arrivera pas", se désole un député de la majorité. La réforme de la dépendance devait notamment permettre de créer 350 000 emplois d'ici 2030 en favorisant le maintien à domicile des personnes âgées. 

La 5ème branche de la Sécurité sociale dédiée à l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées pourrait quand même voir le jour d'ici la fin du quinquennat, selon un proche du dossier. 

On vous l’annonçait: l’ancien Ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, va se déclarer candidat à la présidentielle, la fleur au fusil. C’est le off du jour.

Selon son entourage, Arnaud Montebourg veut être l’élément "chamboule-tout" dans cette campagne. Et rien ne l'arrêtera à en croire ses proches. Le financement de la campagne, ce n’est pas un problème. Une plateforme va être créée pour recueillir des dons. Les 500 parrainages nécessaires? Pas un problème non plus. Des gens accordent bien leurs parrainages à Eric Zemmour sans même le soutenir. Quant à l’équipe de campagne, elle n'est pas encore constituée. Mais, pas d’inquiétude, "tout roule": c’est le message de l’entourage d’Arnaud Montebourg. 

L’ancien socialiste aurait même trouvé une solution pour continuer à faire tourner les neuf entreprises qu'il dirige. Y consacrer un jour par semaine pendant la campagne. Et le 7ème jour, Arnaud Montebourg ne se reposera donc pas.

L'événement du week-end à droite, le campus de rentrée des Jeunes Républicains au Parc Floral de Paris, ça commence demain.
Et il n’y aura pas que des jeunes Les quatre principaux candidats à une hypothétique primaire seront là: Michel Barnier, Eric Ciotti, Philippe Juvin.. Et même Valérie Pécresse. Elle a claqué la porte du parti en 2019.

Mais voilà, quand elle a su que ses concurrents seraient là, la présidente d’Ile-de-France a insisté pour venir, nous confie l’un des organisateurs sous prétexte que l’événement a lieu dans sa région. Comme disent les jeunes, même chez les Républicains, Valérie Pécresse se tape l'incruste.

Pierrick Bonno