RMC

"Sans mes enfants, ça ferait longtemps que je serais SDF": Elizabeth survit avec 20 euros par mois après avoir payé ses factures

Elizabeth, auditrice RMC, a livré un témoignage saisissant ce jeudi matin sur ses difficultés financières.

Elizabeth, auditrice RMC, tente de survivre. Elle a témoigné ce jeudi au 3216 dans Apolline Matin, alors qu'une étude publiée mercredi par l'Insee assure que, dans les chiffres, il n'y aurait pas plus de pauvres en 2020 qu'en 2019, et ce malgré les crises sanitaire et économique. 

Habitant la région lensoise dans le Pas-de-Calais, elle n'est pas encore à la retraite et raconte comment elle vit avec ses 600 euros par mois.

"Je touche le RSA et je touche un petit complément de salaire parce que je travaille chez des personnes âgées, mais très peu car je ne peux plus trop à cause de ma tension. J'ai à peu près 600 euros par mois. J'ai le droit à la prime de l'emploi mais très peu, j'ai que 50 euros. 
Donc tout passe dans mes factures, quand j'ai payé tout ça il ne me reste que 20 euros par mois, pour tout, pour vivre. Tout le mois."

>>> A LIRE AUSSI - "Ça commence par des choses futiles puis ça devient compliqué de remplir le frigo": la pauvreté a-t-elle vraiment stagné comme l'assure l'Insee?

"Je m'enfonce, de plus en plus"

"J'ai dû vendre ma voiture, c'est ma fille qui me prête sa voiture et me paye l'assurance... C'est de plus en plus dur. Ca fait plus d'un an et demi que je n'ai pas acheté de boeuf. J'achète tout ce qui est bas de gamme comme le porc et tout ce qui est à bas prix...
Si mes enfants n'étaient pas là, ça fait longtemps que je serais SDF. Tout ce que j'ai, ça ne passe que dans mes factures. Je m'occupe de mes petits-enfants donc je les aide aussi, mais sans eux je n'arriverai pas."

Elle explique ne pas avoir droit à plus d'aides qu'elle n'a actuellement, la CCAF lui aurait expliqué qu'elle dépassait les seuils de 20 centimes... "On m'a dit qu'il y avait pire que moi, car je n'ai pas d'enfant à charge".

"Avant j'arrivait encore à aller chez les coiffeur. Je me laisse aller. je ne me paye plus d'habits... J'ai mal au coeur à dire que je me prive de tout. maintenant c'est encore pire. Je m'enfonce, de plus en plus."
J.A.