RMC

95% des Français ne feraient pas assez de sport

-

- - pexels cc0

Le manque d'activité physique serait un risque pour la santé de 95% des Français adultes selon une étude de l'Anses.

Bougeons-nous? La quasi totalité de la population française serait exposée à un risque de détérioration de leur santé par manque d'activité physique ou sédentarité. C'est ce qui ressort d'une étude de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) publiée mardi.

Aujourd'hui, seuls 5% des adultes auraient une activité physique suffisante pour être protectrice, selon l'agence. Pour mesurer les niveaux d'exposition au manque d'activité physique et les risques associés, l'Anses s'est basée sur deux études qu'elle avait réalisées en février 2016 et juin 2017. Il ressort de son analyse que les femmes sont plus exposées à un manque d'activité physique. En effet, 70% d'entre elles sont en deçà de tous les niveaux d'activité identifiés pour être en bonne santé, contre 42% des hommes.

Concernant la sédentarité, passer plus de 8 heures par jour en position assise expose à un risque pour la santé, relève l'Anses. Il peut s'agir de temps passé devant un écran ou en position assise (par exemple en voiture ou au travail). Les adultes à faible niveau d'études et les moins de 45 ans sont les plus touchés.

Risque accru de maladies d'origine cardiovasculaires, de diabète, de certains cancers

Globalement, 38% des adultes sont exposés à plus de huit heures de sédentarité par jour. Un Francilien s'expose à deux heures de sédentarité de plus qu'un habitant en zone rurale.

Les risques pour la santé sont multiples: les dangers liés à l'insuffisance d'activité physique et la sédentarité sont notamment un risque accru de maladies d'origine cardiovasculaires, de diabète, de certains cancers. Ils sont d'autant plus élevés que les expositions sont cumulées. Ainsi en France, plus d'un tiers des adultes cumulent un niveau de sédentarité élevé et une activité physique insuffisante, souligne l'Anses.

Or ces personnes présentent des taux de mortalité et de morbidité plus élevés. "Ces risques très clairement évitables nécessitent d'actionner certains leviers", en déduit le Pr Irène Margaritis, cheffe de l'Unité d'évaluation des risques liés à la nutrition à l'Anses.

Une meilleure prise en compte de la pratique sportive dans les politiques publiques est absolument essentielle pour prévenir les risques sanitaires, estime notamment l'Anses.

Comment lutter contre la sédantarité

Selon les experts, il y a trois seuils d’activité physique pour éviter les effets négatifs de la sédentarité:

-Seuil 1: 30 minutes de sollicitation cardiorespiratoire au moins 5 jours par semaine

-Seuil 2: "Travail musculaire en résistance" (exercices de musculation) 1 à 2 fois par semaine

-Seuil 3: Assouplissement 2 à 3 fois par semaine.

La rédaction avec AFP