RMC

"Le masque, c'est comme le préservatif": le Pr Gilles Pialoux reste prudent sur la possible fin du masque en intérieur

Le ministre de la Santé Olivier Véran a évoqué la disparition du masque en intérieur mi-mars. Mais sur RMC, ce mercredi, le professeur Gilles Pialoux a rappelé que le Covid circulait toujours. Et prévenu qu'il ne faudrait pas lever trop vite toutes les mesures.

Serons-nous bientôt débarrassés du masque? C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre Olivier Véran ce mercredi, avançant même une date. Si les conditions sont réunies, "à la mi-mars, on pourrait sérieusement se poser la question du port du masque en intérieur", a lancé le ministre de la Santé sur France Info, évoquant même une possible levée dans les transports.

Invité de RMC et BFMTV, le Professeur Gilles Pialoux a réagi dans la foulée, évoquant des annonces "très attendues par une partie de la population", en pleine période électorale. "Mi-mars, on aura les effets des nouvelles réouvertures comme celles d'aujourd'hui, mais personne ne peut écrire ce qu'il va se passer dans les mois qui viennent", a tempéré le chef de service des maladies infectieuses de l'hôpital Tenon à Paris.

Le praticien en profite aussi pour rappeler que des gens continuent de mourir du Covid-19 à l'hôpital. On recensait mardi 385 nouveaux morts du Covid à l'hôpital en France et 11.300 décès depuis le début de l'année. "Le nombre de morts, tout le monde s'en fout. Il y a une invisibilisation de la mort", assure-t-il.

Ne pas faire "comme si les choses étaient réglées"

"Cela serait bien qu'il y ait des mesures maintenues pour éviter ces centaines de décès", plaide Gilles Pialoux, qui appelle à ne pas lever le pied face au Covid-19, alors que la situation épidémique tend à s'améliorer en France. "On ne peut pas faire comme si les choses étaient réglées. Il y a une circulation virale encore. Le masque, c'est comme le préservatif, ce n'est pas parce que ce n'est pas obligatoire que ce n'est pas utile", conclut-il.

Le pass vaccinal pourrait également être prochainement levé "fin mars, début avril", assurait Gabriel Attal le 9 février dernier, alors que la situation sanitaire continue de s'améliorer. On recensait mardi 142.253 nouveaux cas positifs contre 235.267 le mardi précédent et 416.896 le même jour deux semaines auparavant.

>> A LIRE AUSSI - "C'est un instrument politique au service du président": l'opposition tacle l'éventuelle levée du pass vaccinal avant le premier tour

G.D.