RMC

A Nice, un label pour indiquer les commerçants et restaurateurs vaccinés

Comment est accueilli ce nouvel outil pour lutter contre l'épidémie dans la ville de la Côte d'Azur.

Des initiatives sont prises localement pour tenter de limiter les risques de reprises épidémiques. À Nice, la ville veut mettre en place des mesures supplémentaires, notamment dans les commerces.

Le maire, Christian Estrosi, a annoncé qu’il allait délivrer des "labels confiance vaccin" à partir de cette semaine. Les restaurateurs et commerçants pourront en bénéficier si tous leurs employés sont vaccinés "un gage de confiance pour les clients" explique la maire.

>> A LIRE AUSSI - Variant Delta, vaccination obligatoire... La France est-elle armée pour éviter une quatrième vague?

Quand il discute avec ses employés dans son restaurant Christophe Souques en vient souvent, très vite, à parler de vaccin. Faire en sorte que tous soient vaccinés pour afficher ce label dans l’entrée de l’établissement. C’est un véritable enjeu pour ce restaurateur.

“Les touristes sont extrêmement sensibles à ça. Et notre clientèle italienne, puisque nous sommes frontaliers, nous sommes à 30 kilomètres de l’Italie, seront très sensibles à ces labels. Il faut rassurer tout le monde”, explique-t-il.

Convaincre les personnes réticentes

Reste donc à convaincre de l’utilité de ce label et ce n’est pas forcément gagné. “A l’heure d’aujourd’hui, il n’y a pas de label et pourtant, tout le monde continue de sortir”, “Même si un magasin n’a pas ce label, j’irai quand même”, “Ca mettrait en confiance tout le monde en confiance”, réagissent les habitants de Nice.

Mais l’objectif de la ville est ailleurs rappelle Véronique Borré. Elle gère la campagne de vaccination dans la métropole niçoise.

“C’est également inciter davantage à la vaccination. Aujourd’hui, on a un taux de couverture assez important, environ 60%. Mais on est loin encore de l’immunité collective, il faudrait qu’on atteigne 80%. Donc notre objectif est aussi d’insister à la vaccination et de convaincre ceux qui sont hésitants de le faire”, explique-t-elle.

Et pour atteindre ce taux de 80%, la métropole aimerait également pouvoir imposer le pass sanitaire dans les bars et les restaurants. 

Martin Bourdin avec Guillaume Descours