RMC

Bientôt la fin du pass sanitaire?: "Si on l'enlève, le gouvernement donnera raison aux anti vax"

Le gouvernement pourrait prolonger le pass sanitaire, en vigueur jusqu'au 15 novembre pour l'instant. Mais de son côté et dans le même temps, Emmanuel Macron évoque de possibles allègements  dans certains départements.

La quatrième vague de Covid-19 touche à sa fin. Grâce à la vaccination, elle a permis d’éviter une hausse de la mortalité et des hospitalisations, malgré de nombreuses contaminations. Une bonne nouvelle qui pourrait pousser Emmanuel Macron a allégé les quelques restrictions sanitaires en vigueur. En déplacement dans l’Eure-et-Loire mercredi, le président de la République a évoqué un allègement des contraintes dans certains départements.

Un allègement sous quelle forme ? On l'ignore pour l'instant mais il devrait sans surprise concerner le pass sanitaire, alors que le début de la suspension des soignants non-vaccinés a débuté mercredi. Un non-sens pour Johnny Blanc: "J'espère que ce pass sanitaire va rester en vigueur pour l'instant", assure le fromager sur le plateau des "Grandes Gueules" ce jeudi.

"Si on le levait aujourd'hui, on donnerait raison aux antivax. On a lancé les premières suspensions de personnel soignant non vacciné, et on lèverait le pass juste après? Ce pass, il n'handicape personne. Il y a toujours des gens qui vont se faire vacciner", assure-t-il.

>> A LIRE AUSSI - Tests Covid-19: les données d'1,4 million de personnes volées en Ile-de-France, qui est concerné?

"L'indice ne doit pas être une date mais sanitaire"

Mais les déclarations d'Emmanuel Macron interviennent alors que le gouvernement envisagerait de prolonger le pass sanitaire, en vigueur au moins jusqu'au 15 novembre: "Il faudrait que le Président nous donne sa position, qu'il nous dise quel est le taux de vaccination à atteindre pour lever le pass sanitaire!", insiste de son côté Joëlle Dago-Serry. "On est en crise sanitaire, l'indice ne doit pas être une date mais sanitaire", ajoute-t-elle.

Au 15 septembre, 49.849.575 personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin soit 73,9% de la population totale et 47.104.178 bénéficiaient d'un schéma vaccinal complet soit 69,9% de la population totale. Mais dans le même temps, le nombre de nouveaux vaccinés baissait fortement. Seuls 36.000 nouveaux rendez-vous avaient été pris mardi.

>> A LIRE AUSSI - "3.000 suspensions" de personnels de santé non vaccinés: qui sont-ils?

La rédaction de RMC avec AFP