RMC

"C’est devenu très compliqué pour elle d’aller à l’école": Swann, 5 ans, atteinte d'autisme, n'a toujours pas d'accompagnant

"RMC S'ENGAGE POUR VOUS" - Tous les matins avec "RMC s'engage pour vous" Marie Dupin vole au secours de nos auditeurs. Ce mercredi, le cas de la petite Swann.

Swann aura 5 ans dans deux mois. Née prématurément, elle souffre de troubles de l'autisme. Elle devrait normalement bénéficier en classe d'un AESH, un accompagnant qui l'aide toujours les jours, mais voilà depuis sa rentrée en grande section à L'Hermitage près de Rennes elle est livrée à elle-même. 

>> A LIRE AUSSI - "C’est le bien-être de ma fille qui est en jeu": la détresse de ces parents qui attendent depuis un an un spa thérapeutique pour leur fille handicapée

Ses parents nous ont donc écrit pour nous demander de l'aide et Anne-Lyvia Tollinchi est allée à leur rencontre. Ils lui ont dit à quel point ils étaient inquiets pour leur fille.

“Swann a vraiment que quelqu’un soit toujours là pour la ramener à la réalité parce que sinon elle se met un peu dans son monde. Elle s’invente plein de personnages, et puis elle a de gros troubles sensoriels donc elle ne supporte pas le bruit, la lumière. Du coup elle ère dans la classe et les apprentissages ne se font pas. Ça nous inquiète beaucoup parce qu’on se sent démuni, on ne peut rien faire. C’est devenu très compliqué pour elle d’aller à l’école”, explique sa mère, Dyhia.

L'an dernier, déjà, aucun accompagnant n'avait été attribué à Swann. Mais l'école avait mis en place un dispositif pour qu'elle soit prise en charge les trois-quarts du temps, par un AESH présent sur place. 

Des recrutements en cours

Cette année, rien du tout, personne. Alors on est allés à la rencontre de Jean Devries qui travaille à l'inspection académique, on lui a parlé du cas de Swann, et il nous a promis qu'une solution allait être mise en place dans les prochains jours.

“La demande de la famille est parfaitement légitime. Là ce qu’on peut mettre en place, immédiatement, à partir de demain matin, c’est déjà remettre en place ce qu’il y avait l’année dernière. Il y a quelqu’un à proximité qui a un peu de temps et c’est la personne qui l’accompagnait l’année dernière. Pendant ce temps, on va continuer à recruter. On a deux personnes à recruter pour l’école en urgence et c’est en cours. Ce qu’on veut maintenant, ce sont des candidats pour que ça commence le plus vite possible”, indique-t-il.

Alors une réunion a eu lieu mardi soir avec la directrice et l'école. Swann va bien pouvoir être accompagnée dans les mêmes conditions que l'année dernière. C'est une première étape même si la famille attend toujours qu'un AESH lui soit attribué à temps plein. Et d'ailleurs l'inspection académique de Rennes nous assure qu'elle recherche activement des candidats donc si des auditeurs nous entendent et qu'ils sont intéressés pour accompagner Swann n'hésitez pas à nous contacter. Il y a aussi un numéro le 0299253537.

Le cas de Swann n'est pas du tout un cas isolé. Chaque année, des parents doivent courir après les AESH à la rentrée. Le ministère de l'Éducation nationale ne communique pas le nombre d'enfants qui n'ont pas d'accompagnant mais on sait qu'ils sont 220.000 à en avoir besoin et qu'il y seulement 125.000 AESH en poste actuellement.

Marie Dupin et Anne-Lyvia Tollinchi avec Guillaume Descours