RMC

"Ça doit changer vite et fort": la colère d'Emmanuel Macron face à la lenteur de la vaccination en France

La France est à la traine. Depuis une semaine, le rythme est de 50 vaccination par jour. Loin des 20.000 doses administrées quotidiennement en Allemagne.

Le gouvernement est sous le feu des critiques pour sa campagne de vaccination. L'académie de médecine estime que la stratégie française est lente et difficile à défendre. Dans ce contexte, Emmanuel Macron demande à ses ministres d'accélérer la campagne vaccination: "Ça doit changer vite et fort", aurait déclaré le chef de l'Etat selon le JDD. Car le rythme actuel ne serait "ni à la hauteur du moment ni à la hauteur des Français".

Le président sait qu'il joue gros politiquement après la politique autour des masques et des tests, appelle aujourd'hui à des changements rapides et forts. Mais une stratégie vaccinale mal partie ne peut être modifiée en quelques heures.

Car la France, vaccine en moyenne 50 personnes par jour selon Mehdi Mejdoubi, chef de pôle au Centre Hospitalier de Valenciennes. Dans le même temps, nos voisins allemands immunisent 20.000 personnes quotidiennement.

"Si on l’avait fait localement, je pense que ça aurait beaucoup mieux marché"

Jeudi, le centre Hospitalier Régional Universitaire de Nancy a commencé à vacciner son personnel soignant de plus de 50 ans: "Dix volontaires ont bénéficié de l'injection initiale ce 31 décembre". L'établissement dispose de 2.000 doses de vaccins, avant une nouvelle livraison prévue début janvier.

Si la campagne de vaccination française prend du retard, c'est à cause de la centralisation des doses en région parisienne selon le professeur Philippe Froguel directeur de recherches à l'Institut Pasteur de Lille.

"On n’a pas réussi à vacciner les Ehpad, parce qu’on l’a fait de manière centralisée de Paris. Si on l’avait fait localement, je pense que ça aurait beaucoup mieux marché. Mais pour ça, il faut qu’on accepte d’envoyer les doses vaccinales dans les congélateurs de tous les grands hôpitaux. Des congélateurs à -80 degrés, j’en ai 20 chez moi. Il faut aussi vacciner le personnel soignant de plus de 50 ans".
La rédaction de RMC (avec C.P.)