RMC

Comment parents et enfants ont accueilli les dates d'un possible retour à l'école

Parents et enfants ont appris mardi les dates d'un possible retour gradué à l'école entre soulagement et interrogations.

On a la date du début du retour à l'école, le 11 mai, mais le reste est encore flou. Le ministre de l'Education nationale a dévoilé mardi devant la commission des Affaires culturelles de l'Assemblée l'une des hypothèses de travail du gouvernement.

Le retour à l'école devrait être progressif et étalé sur 3 semaines à partir du 11 mai, avec des groupes ne dépassant pas 15 élèves. Les premiers à faire leur retour à l'école seront les élèves de grandes sections, de CP et de CM2. En deuxième semaine 6e, 3e, première et terminale. Puis tous les élèves la troisième semaine (5e, 4e).

Ce plan encore à l'état d'hypothèse ne sera validé que par la publication du plan de déconfinement d'Edouard Philippe et après réception des directives sanitaires.

"J'aimerai bien y retourner car mes copines mes manquent"

Parents et enfants ont découvert ces pistes mardi. Et c'est plus ou moins bien compris, voire accepté. Pour Lou et Cassandre, petite déception finalement la rentrée pour elle deux ce ne sera pas le 11 mai. Les deux fillettes ne sont pas les classes prioritaires.

"J'aimerai bien y retourner car mes copines mes manquent. J'aimerai bien y retourner mais l'école est petite donc pour les distances..."

Chez Claire, maman de deux garçon, c'est encore un peu plus compliqué avec un qui pourrait rentrer, pas l'autre. L'un en CE1, l'autre en CM2. Claire travaille dans la banque, son mari dans l'industrie pharmaceutique. Le télétravail n'est pas possible.

"C'est une grosse déception s'il faut tenir ça pendant trois semaines, un mois, nous on doit aller bosser, nous"

"Faire le maître à la maison c'est gratifiant, mais ce n'est pas mon métier !"

Même problématique pour Yves-Marie, qui a découvert les joies de la dictée. L'une de ses filles pourrait reprendre l'école le 11 mai, l'autre non.

"Clairement ça va être un mic-mac. Avant le 25 mai pouvoir se dire qu'on retourne au travail sereinement ce ne sera pas possible."

Et pour cet orthoptiste, le temps commence à être long. "Faire le maître à la maison c'est gratifiant, mais ce n'est pas mon métier ! J'aimerais faire mon métier." Il y a un moment il faut qu'on sorte de chez nous explique ce papa, dont la patience commence sérieusement à s'essouffler.

-
- © -
Thomas Chupin (avec J.A.)