RMC

Covid-19 en Polynésie: "Rapporté à la population française, ça représente 13.000 morts en 72h"

La situation est critique en Polynésie française: 311 personnes sont mortes depuis le début de l'épidémie, dont plus de la moitié au cours des 3 dernières semaines.

Depuis lundi, la Polynésie française est confinée, et ce pour au moins deux semaines. Le taux d'incidence est monté à 2.800 cas pour 100.000 habitants, soit le plus élevé en France. Tous les établissements scolaires sont fermés et les attestations de déplacement sont de retour. Pour se rendre au travail, il faut être muni d'une dérogation.

Car la situation est critique selon les médecins sur place. 311 personnes sont mortes depuis le début de l'épidémie, dont plus de la moitié au cours des 3 dernières semaines.

Le principal centre hospitalier situé à Tahiti est complètement saturé, des lits ont été installée dans les bureaux, mais aussi dans le hall central de l'établissement. Et il en de même pour sa morgue, les corps sont désormais placés dans des conteneurs réfrigérés. Entre vendredi et dimanche, 54 personnes sont mortes.

"On se dit qu'on est oublié"

"Cinquante-quatre morts, si on le rapporte à la population française, c'est 13.000 morts sur 72 heures", alerte Stéphane Milon directeur adjoint dans un centre de rééducation post-covid à Tahiti.

"Il y a un manque important de personnel. On envoie 250 membres de la réserve sanitaire aux Antilles alors qu'ici en Polynésie on a un taux d'incidence nettement supérieur. On a eu 160 morts en six semaines alors qu'on en a eu 140 en un an et demi. On se dit qu'on est oublié", regrette-t-il.

7 infirmiers et trois médecins anesthésistes-réanimateurs doivent ce mercredi à Papeete. Mais ces renforts sont jugés encore insuffisants: selon le centre hospitalier, il manque près de 200 soignants.

>> A LIRE AUSSI - Pour qui et pour quand ? la Haute autorité de Santé donne son feu vert pour une troisième dose de vaccin

Alexandra Sirgant (avec Guillaume Dussourt)