RMC
Exclusivité

Covid-19: "Le masque doit maintenant devenir un geste de politesse", plaide la présidente du Covars

La France "est en train de passer le pic" de la nouvelle vague de Covid nous confie Brigitte Autran, la présidente du Covars, ce mardi sur RMC. Pour autant, le masque doit maintenant devenir un geste "de politesse et de respect" des autres en société selon elle, alors qu'en plus du Covid-19, la grippe vient s'inviter sur la longue liste des épidémies qui circulent.

"Le Covid-19 est toujours là", rappelle ce mardi Brigitte Autran, l'immunologue présidente du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires (Covars). Alors que le pic de la 8ème vague, "celui des incidences et des hospitalisations" semble être passé, on enregistre toujours une centaine de morts chaque jour, "135 lundi", alerte-t-elle sur RMC et RMC Story.

"Le Covid-19 est toujours là et toujours grave, particulièrement chez ceux qui n'ont pas été vaccinés ou qui n'ont pas eu leur rappel. Il faut encourager le rappel qui permet de diminuer la gravité", appelle Brigitte Autran. "Il faut rappeler que si le Covid-19 est moins grave maintenant, c'est grâce à la vaccination. Et quand on voit la gravité du Covid-19 en Chine qui a été bien moins vaccinée, on peut peser l'avantage de cette vaccination", plaide l'immunologue.

Or, la vaccination reste insuffisante déplore Brigitte Autran qui explique que 40% de la population de plus de 70 ans a eu un rappel, "ce qui est très insuffisant, notamment dans les Ehpad" alors que le second rappel, la quatrième dose, est fortement conseillé pour les plus de 60 ans et ouvert à tous. Quant aux soignants non-vaccinés, l'immunologue se dit pour leur retour, "s'ils se vaccinent".

Le masque comme habitude à prendre

Pour lutter contre l'épidémie qui persiste, la présidente du Covars appelle aussi à remettre le masque dans les transports alors que le gouvernement résiste au rétablissement de certaines règles sanitaires. "On voit un tout petit peu plus de masque dans les métros mais c'est très insuffisant. Il faut que les Français comprennent qu'on est dans l'encouragement à se protéger", appelle l'immunologue.

"J'espère que le masque va rester. Je crois que le masque doit devenir maintenant un geste de politesse et de respect dans les transports en commun et à chaque fois qu'on est en promiscuité. C'est du savoir-vivre, mettre son masque ça veut dire se protéger et protéger les autres", ajoute Brigitte Autran.

Une nécessité alors qu'en plus du Covid-19, la grippe saisonnière menace aussi et que les courbes des deux maladies semblent se croiser: "La grippe monte très vite et plus précocement cette année, c'est quelque chose de sérieux. Les populations asiatiques savent porter le masque dès qu'ils toussent ou qu'ils ont un rhume", cite Brigitte Autran à titre d'exemple.

Guillaume Dussourt