RMC

Covid-19: pourquoi la France est désormais considérée comme un "pays à risques" par ses voisins

EXPLIQUEZ-NOUS - Plusieurs de nos voisins européens viennent de prendre des mesures restrictives pour les Français. La France est de plus en plus considérée comme un "pays à risques".

Serions-nous des parias? Pas tout à fait car le mot est fort. C’est le nom que l’on donnait au Moyen Age aux pestiférés qui devaient porter des clochettes pour signaler leur arrivée. On n’en est pas encore là, mais nous sommes certainement des "persona non grata". Des personnes qui ne sont pas les bienvenues dans plusieurs pays européens. 

À commencer par nos voisins immédiats. L'Allemagne a inscrit la France depuis dimanche sur la liste des pays à haut risque. Alors que jusqu'à présent, seul le département de la Moselle était sur cette liste. Cela veut dire que les frontaliers doivent se faire tester deux ou trois fois par semaine. Que les contrôles sont renforcés aux frontières et que les Français qui arrivent en Allemagne doivent respecter une quarantaine de 10 jours, ou 5 jours s’ils se font retester.

En Grande-Bretagne c'est imminent. La France va basculer sur la liste des pays pour lesquels les arrivées sont particulièrement surveillées. C’est à dire qu’il va devenir quasiment interdit d’entrer aux Royaume- Unis, sauf pour les Français résidents. Et ceux qui seront admis devront respecter une quarantaine à l'hôtel et à leurs frais. 

En Belgique, les voyages non-essentiels sont interdits sauf pour les frontaliers. Interdiction prolongée jusqu’au 18 avril. En Italie, une quarantaine de 5 jours vient d'être instaurée pour tous les ressortissants européens et pas seulement pour les Français. Au Portugal à partir de demain 1er avril, tous les arrivant doivent respecter 14 jours d'isolement dans un établissement choisi par les autorités sanitaires. Et la frontière terrestre avec l'Espagne est désormais fermée.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: l'Ordre des médecins réclame un "reconfinement partout où c'est nécessaire"

Le cas particulier de l'Espagne

Les Français ont encore le droit de se rendre en Espagne avec juste l’obligation d'avoir un test PCR négatif. Résultat, c’est un des derniers endroits en Europe où les Français peuvent se rendre facilement et profiter de l’ouverture des musées, des restaurants et des bars jusqu'à 23 heures. C’est presque la vie d’avant. 

Sauf que les Espagnols ne comprennent pas pourquoi ils sont tous consignés dans leur région ou dans leur département, alors que les étrangers et les Français peuvent venir librement. Les médias consacrent des reportages à l’invasion de Français. Un candidat aux élections régionales de Madrid dénonce le tapis rouge que l’on déroule à ces hordes de Français qui viennent se saouler chez eux. Un responsable basque a parlé des Français qui viennent "se pinter comme des ours"… 

Le Figaro a enquêté et donne les chiffres. Environ 4.000 Français débarquent chaque jour à Madrid. C’est beaucoup moins qu’avant le Covid-19 mais c’est beaucoup en période d'épidémie. Et ces Français sont de plus en plus "non grata", pas les bienvenus…

Nos voisins ont-ils des raisons de se méfier des Français

En toute objectivité, nos voisins ont raison de se méfier des Français. Nous avons actuellement un taux d’incidence d’environ 400, c’est trois fois plus qu’en Allemagne, cinq fois plus qu’en Espagne, huit fois plus qu’en Angleterre. On peut comprendre que, par exemple, les Anglais se protègent alors qu’ils sortent de 3 mois de stricts confinements. Dimanche, pour la première fois depuis 6 mois, il n’y a eu aucun mort dans la région de Londres. Les restaurants et les pubs vont rouvrir le 12 avril. Mais pas question pour nous d’aller boire une pinte comme certains le font à Madrid.

Et dans le sens inverse? Quelles sont les restrictions pour entrer en France? 

Et bien pour nos voisins immédiats, il n’y a pas ou presque pas de restrictions pour entrer en France. Tous les ressortissants anglais, allemands, belges, italiens ou espagnols entrent en France sans motif particulier à la seule condition d’avoir un test PCR négatif de moins de 72 heures. Il n’y a pas de quarantaine imposée, seulement la “forte recommandation” de s’isoler pendant 7 jours. Mais sans aucune forme de contrôle.

Nos voisins sont donc "persona grata", les bienvenus. Et ils ont le droit de se rendre à Paris, à Lille ou à Lyon. Alors qu’un Marseillais ou un Toulousain actuellement n’en a pas le droit. C’est le paradoxe. On a restreint la liberté de circuler des Français mais pas celle des Européens… 

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: Pfizer/BioNTech annoncent une efficacité "de 100%" de leur vaccin chez les 12-15 ans

Nicolas Poincaré