RMC

Vaccination: comment l'Assurance Maladie tente de rassurer les plus de 75 ans réticents

Il reste 3,5 millions de Français de plus de 75 ans qui ne sont pas encore vaccinés contre le Covid-19.

Il reste 3,5 millions de Français de plus de 75 ans qui ne sont pas encore vaccinés. Pour remédier à ce manque, un numéro "coupe-file" est mis en place à partir de ce mercredi pour faciliter l'obtention du vaccin pour ces personnes particulièrement vulnérables.

L'Assurance maladie va également appeler toutes les personnes concernées pour leur proposer un rendez-vous. L'objectif est de réussir à atteindre "les gens les plus modestes, les plus éloignés du soin, qui restent un peu calfeutrés", comme l'a expliqué Emmanuel Macron au JDD.

A Créteil, dans le Val-de-Marne, la Caisse d'assurance maladie a déjà mis en place sa propre plateforme d'appels depuis le 8 mars pour inciter les plus de 75 ans à sauter le pas et se faire vacciner.

>> A LIRE AUSSI - Dois-je prendre un demi-jour de congés pour aller me faire vacciner?

"J'ai hésité car je pensais que la découverte du vaccin avait été trop rapide"

Nous avons rencontré Aimée, 86 ans, qui vient tout juste de recevoir sa première dose de vaccin. Réticente, elle n'était pas très tentée par la vaccination, jusqu'à ce que la caisse d'assurance maladie l'appelle et la rassure.

"J'ai hésité car je pensais que la découverte du vaccin avait été trop rapide. Je me disais que ce n'était peut-être pas totalement au point. Ensuite, j'ai eu un coup de téléphone de la CPAM et j'ai accepté le rendez-vous."

"Ils disent que ça leur fait plaisir qu'on prenne soin d'eux"

Car c'est à l'assurance maladie qu'a été confiée la mission d'amener les plus de 75 ans à se faire vacciner grâce à des plateformes d'appels. Et les personnes sont plutôt réceptives d'après Esther, téléconseillère.

"Ils sont très heureux car c'est l'Assurance maladie qui fait cette démarche. Les personnes disent que ça leur fait plaisir qu'on prenne soin d'eux."

En fait, "il faut aller chercher les hommes, les femmes qui sont passées à côté de de cette campagne de vaccination" explique Christine Navarro, manager de la plateforme.

"Ce sont des personnes qui peuvent rencontrer certaines difficultés soit de compréhension du courrier, soit des difficultés au niveau du déplacement, soit une fracture numérique qui ne permet pas d'accéder aux outils en ligne. Et aussi quelques personnes ayant des craintes de se faire vacciner par des personnes qu'elles ne connaissaient pas."

A partir d'aujourd'hui, toutes les caisses d'assurance maladie s'y mettent, de quoi donner un nouvel élan d'après elle. "La mobilisation va être générale. Chaque caisse va mettre en place sa plateforme. On va faire coexister tous ces dispositifs". Elle espère atteindre 80% de vaccination pour les + de 75 ans d'ici un mois dans le Val de Marne.

Garance Munoz et J.A