RMC

Faire grève, bon pour la santé? L'appel de l'urgentiste Christophe Prudhomme

Sur RMC, le médecin urgentiste Christophe Prudhomme a expliqué comment il lie la grève pour les salaires de ce mardi 18 octobre à la santé.

Le travail, c'est la santé. Mais surtout les salaires. C'est le plaidoyer de Christophe Prudhomme, médecin urgentiste à Bobigny (Seine-Saint-Denis), membre de la CGT-Santé, qui a publié sur les réseaux sociaux un billet d'humeur un brin provocateur pour inciter les Français à faire grève ce mardi 18 octobre.

Il a été invité sur RMC ce mardi à préciser sa pensée. "L'amélioration de l'espérance de vie et de la santé de la population, c'est 20% les progrès de la médecine et 80% l'amélioration des conditions de vie", souligne-t-il, prenant l'exemple de son département.

"En Seine-Saint-Denis, il y a deux générations qui vivent moins bien que leurs parents et grands-parents et ça se ressent sur leur état de santé. Il y a par exemple dans ce département une épidémie d'obésité chez les jeunes. Pour manger cinq fruits et légumes par jour, il faut pouvoir avoir les moyens de faire autre chose que des pâtes et du riz", note-t-il.

Favorable à l'indexation des salaires sur l'inflation

Christophe Prudhomme lie ainsi ces revendications sur le bien-être à l'appel à la grève "pour les salaires" de ce mardi.

"On réclame des choses très simples, qui ont permis d'avoir les 'Trente Glorieuses': l'échelle mobile des salaires, c'est à dire que les salaires soient indexés sur l'inflation pour qu'il n'y ait pas de perte de pouvoir d'achat", lance-t-il.

L'urgentiste estime dans son billet qu'il faut cela pour se "donner les moyens de rester en bonne santé". A voir si la mobilisation permettra de déboucher sur une augmentation des salaires dans les différentes branches mobilisées ce mardi.

J.A.