RMC

Glyphosate: pourquoi la justice a interdit un produit RoundUp pour la 1ère fois en France

Le Roundup Pro 360, le produit phare à base de glyphosate de la firme Monsanto, désormais filiale de Bayer, va t-il être interdit en France ? C'est en tous cas ce qu'ordonne pour la première fois la justice française.

C'est une première en France. Le tribunal administratif de Lyon a demandé l'interdiction immédiate du Roundup Pro 360, une des formulation du Roundup à base de glyphosate qu'utilisent les agriculteurs. Le tribunal estime que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a commis "une erreur d’appréciation au regard du principe de précaution" en autorisant ce produit.

Le tribunal de Lyon met en avant la dangerosité du produit pour justifier sa décision car il estime que même si l'Europe autorise les produits à base de glyphosate, "les études et les expériences animales montrent que ce produit phytosanitaire est un produit potentiellement cancérigène pour l'homme et qu'il est suspecté d'être toxique pour la reproduction humaine et pour les organismes aquatiques".

Un seul produit concerné, il faut une procédure par variante du produit

Mais il existe des dizaines de Roundup, là c'est une seule formulation qui est interdite car le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (Criigen) qui avait saisi la justice n'avait réclamé le retrait que de ce désherbant, car pour chaque produit il faut lancer une procédure et cela coûte cher.

Cependant Corinne Lepage, qui est l'avocate de Criigen, estime que cette décision devrait concerner tous les Roundup et qu'elle pourrait être généralisable. Et les associations préviennent déjà qu'elles attaqueront en justice un à un tous les produits à base de glyphosate. 

Monsanto peut faire appel mais ce ne sera pas suspensif

Cette décision de justice s'applique immédiatement donc l'autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360 est retirée. Monsanto a deux mois pour faire appel mais l'appel ne sera pas suspensif, c'est à dire que le produit restera retiré à moins qu'une autre décision de justice vienne éventuellement dire le contraire.

La question c'est maintenant que va t-il se passer pour les autres produits à base de glyphosate, puisque près de 70 dossiers de renouvellement ou de mise sur le marché doivent être étudiés cette année. L'Anses, l'agence de sécurité sanitaire va t-elle donner de nouveau son feu vert à leur commercialisation malgré cette décision de justice, et malgré les nouvelles révélations de plagiat par les agences européennes d'un rapport de Monsanto.

Marie Dupin (avec James Abbott)