RMC

"Le relâchement est total": pourquoi la Martinique est reconfinée pour trois semaines

Record de visiteurs en Martinique en 2017.

Record de visiteurs en Martinique en 2017. - Kenzo Tribouillard - AFP

Le préfet de l'île a annoncé un nouveau confinement à compter de vendredi 19 heures pour au moins trois semaines après des contaminations qui repartent en flèche.

La Martinique se reconfine pour au moins trois semaines. Des mesures de restrictions qui débutent dès vendredi à 19h avec un couvre-feu avancé, il était déjà en vigueur à partir de 21 h. Il faudra dès samedi en journée, hors période de couvre-feu, se munir d'une attestation pour se déplacer au-delà d'un rayon de plus de 10 km du domicile.

Les restaurants vont devoir fermer tout comme les salles de sports et lieux sportifs couverts. Quant à l’accès aux plages, il reste autorisé mais pour une baignade "dynamique et sportive".

"La population martiniquaise est moins immunisée, globalement plus âgée, et donc plus fragile"

"Nous sommes inquiets, la situation sanitaire s'aggrave et les chiffres de la Covid-19 explosent", ont alerté mercredi le directeur adjoint de l'Agence régionale de santé et le préfet de l'île.

Le taux d'incidence est passé de 280 cas pour 100.000 habitants la semaine dernière à 995, selon la préfecture.

"Freiner le virus apparaît d'autant plus urgent, que la population martiniquaise est moins immunisée, globalement plus âgée, et donc plus fragile, que celles des régions où le Covid-19 a davantage circulé et où le taux de vaccination est plus important", souligne la préfecture.

Avec un taux d'incidence de 995 cas pour 100.000 habitants, les 3 semaines de confinement étaient inévitables pour le préfet Stanislas Cazelles.

"Le confinement est une mesure de dernier recours. Et nous y sommes contraints aujourd'hui au vu de la situation. Le confinement a pour objectif de faire casser la courbe, faire baisser le nombre de contaminations et protéger le territoire en vue de la rentrée scolaire."

"C'est une mesure qui aurait dû être prise la semaine dernière. C'est indispensable"

Sur l'île, de nombreux habitants ne sont pas étonnés par cette décision, à l'image de Lydia.

"Mardi dernier on était arrivés à 2.000 cas, un truc qui n'était jamais arrivé même depuis le premier confinement. C'est une mesure qui aurait dû être prise la semaine dernière. C'est indispensable. En Martinique, les gens, que ce soit le soir ou le weekend, ils faut qu'ils fassent la fête tout le temps. C'est culturel, on ne fait pas attention et le relâchement est total."

Un confinement qui sera réévalué mi-août en fonction du niveau de la tension hospitalière.

Romain Poisot (avec J.A.)