RMC

Les enfants consomment trop de médicaments en France: pourquoi ça peut être dangereux

DUPIN QUOTIDIEN - RMC décrypte les résultats inquiétants d'une étude co-réalisée par l’institut national de la santé et de la recherche médicale.

86% des moins de 18 ans ont avalé au moins un médicament par an, selon une étude menée entre 2018 et 2019 des prescriptions trop systématiques surtout pour les plus petits.

Et les moins de six ans sont les plus concernés: 97 enfants sur 100 ont reçu au moins une prescription de médicaments en un an. C’est le résultat d’une étude co-réalisée par l’institut national de la santé et de la recherche médicale. 

L’Inserm qui lance l’alerte car les plus jeunes sont particulièrement vulnérables face aux effets indésirables. Leurs organes encore en cours de développement n’absorbent pas les médicaments comme les adultes, ils n’ont pas le même métabolisme et surtout les médecins connaissent encore mal les effets secondaires à long terme chez les enfants.

Qu’est-ce qu’on prescrit le plus?

Les analgésiques ou les antalgiques qui réduisent les douleurs comme le paracétamol sont les médicaments les plus prescrits mais là, pas d’inquiétude pour la santé des enfants.

Ensuite, en deuxième position les antibiotiques plus d’un enfant de moins de 6 ans sur deux a reçu une prescription dans l’année. Pourtant, “ce n’est pas automatique” le slogan a marqué les esprits. 12 % de prescriptions en moins en dix ans, mais elles restent à un niveau élevé ce qui inquiète les autorités sanitaires, car si l’ordonnance n’est pas adaptée, les bactéries deviennent résistantes et les antibiotiques ne sont plus efficaces.

>> A LIRE AUSSI - Pénuries et ruptures de stocks de médicaments: une étude pointe du doigt la responsabilité des laboratoires

Troisième catégorie de médicaments, les corticoïdes par voie nasale. Ils servent à lutter contre l’inflammation en cas d’asthme par exemple mais ils ont des effets secondaires importants et multiples. Il faut donc ne pas en abuser, or les niveaux de prescriptions relevés par les chercheurs laissent supposer qu’on dépasse les indications thérapeutiques.

Une prescription à tout prix

Et nous sommes parmi les plus gros consommateurs d’Europe. Les médecins français prescrivent des antibiotiques à cinq fois plus d’enfants qu’aux Pays-Bas. Et des corticoïdes à 20 fois plus d’enfants qu’en Norvège.

Dans ces pays, médecins et patients questionnent davantage le rapport bénéfice risque avant de recourir à un médicament, là où les Français ont un rapport au médicament très positif. Nous sommes l’un des rares pays où le patient attend une prescription à l’issue d’une consultation.

Autre explication, la majorité des enfants sont suivis par des généralistes moins formés que les pédiatres aux spécificités des plus petits et moins enclins à leur prescrire des médicaments.

Caroline Philippe avec Guillaume Descours