RMC

"Les gens rentrent tous les soirs tard chez eux": pourquoi le gouvernement et des élus penchent pour un confinement le week-end en Ile-de-France

Si l'exécutif n'écarte pas l'idée d'un confinement 7 jours sur 7, c'est bien la piste d'un confinement le week-end qui est privilégiée.

Emmanuel Macron voulait voir, voulait se confronter à la réalité d'un service de réanimation. C'est chose faite après sa rencontre avec des soignants à l'hôpital de Poissy jeudi en région parisienne.

Et un soignant ne lui a rien caché: "On est un peu inquiets quand même. Les malades continuent à arriver, ils sont plus jeunes et dans un état grave", a-t-il assuré au chef de l'Etat alors que le taux d'incidence dépasse les 400 en Île-de-France.

"Nous sommes et nous continuerons à être à vos côtés et nous prendrons les décisions que l'on doit prendre", assure en réponse Emmanuel Macron. Des décisions "pragmatiques" et "territorialisées" promet le chef de l'Etat...

Des restrictions jusqu'à la mi-avril?

"Son expression c'est que 'ça va taper dur' jusqu'à la mi-avril", assure Karl Olive, le maire de Poissy. "Force est de constater que les indices en Île-de-France augmentent mais à ce stade, la décision pour nous n'est pas encore prise".

Devant les élus, Emmanuel Macron a insisté sur la lassitude des Français et la nécessité de continuer à faire du sport en plein air.

"On a quand même appris une chose à partir du premier confinement, c'est qu'être dehors c'est plutôt bon, si on ne fait pas de grandes fêtes ou on ne se met pas à aller boire de la bière dans des endroits communs", a dit le chef de l'Etat. Il a aussi évoqué la difficulté de confiner le week-end l'Ile-de-France où "les gens rentrent tous les soirs tard chez eux".

Si l'exécutif n'écarte pas l'idée d'un confinement 7 jours sur 7, c'est bien la piste d'un confinement le week-end qui est privilégiée, mesure soutenue par Xavier Bertrand, le président de la région des Hauts-de-France:

"Je pense qu'un confinement le week-end présente moins de conséquences dommageables et surtout qu'il a porté ses fruits. Dans la région de Dunkerque, le taux d'incidence est passé de 1200 à 700. C'est encore élevé mais ça montre que ça produit des effets".

Des départements situés en Normandie comme la Seine-Maritime et l'Eure, pourraient aussi être concernés par ces nouvelles mesures. 

C'est son Premier ministre, Jean Castex, qui doit annoncer jeudi à 18 heures ces nouvelles restrictions qui concerneront d'abord les 12 millions de Franciliens et les 6 millions d'habitants des Hauts-de-France, deux régions particulièrement touchées par la nette accélération de la circulation du virus en France, avec plus de 38.000 contaminations en 24 heures selon le dernier bilan.

Dès mercredi midi, à l'issue d'un nouveau Conseil de défense sanitaire, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a fait savoir que "des mesures supplémentaires", applicables dès ce week-end, seraient prises dans ces deux régions, tout en laissant entendre que les écoles y resteraient ouvertes.

Paul Barcelonne (avec Guillaume Dussourt)