RMC

Les policiers "pas très chauds" pour contrôler le pass sanitaire, assure un syndicaliste policier

Stanislas Gaudon du syndicat de police Alliance assure que les policiers ont autre chose à faire et marre d'avoir le "mauvais rôle".

C'est parti. Le pass sanitaire entre en vigueur ce mercredi et devra être présenté dans un certain nombre de lieux pouvant accueillir 50 personnes, comme des salles de cinéma, de spectacle, de jeux, de sport ou des musées. C'est ce qui est expliqué dans un décret paru mardi 20 juillet, au Journal officiel, qui entre en vigueur ce mercredi.

La contravention en cas de manquement à l’obligation de contrôle du pass sanitaire a été ramenée à 1.500 euros pour une personne physique et 7.500 euros pour une personne morale, au lieu d’une amende de 9.000 euros initialement envisagée par le gouvernement mais retoquée par le Conseil d'Etat.

"Croyez-moi, les policiers ne sont pas très chauds pour faire cette activité là !"

Le gouvernement prévoit une "période de rodage" d'une durée limitée, évoquant "une semaine" ou "un peu plus", afin d'"accompagner les professionnels" dans la mise en place du pass sanitaire, a annoncé lundi le porte-parole Gabriel Attal.

Invité de RMC ce mercredi matin, le délégué général du syndicat de police Alliance, Stanislas Gaudon, ne semble pas très motivé à l'idée de contrôler les contrôles.

"Croyez-moi, les policiers ne sont pas très chauds pour faire cette activité là !", explique-t-il face à Matthieu Rouault dans Apolline Matin. Car les personnels ne sont pas extensibles, on a un tas de missions. Les policiers ne se tournent pas les pouces. On nous a annonce une rentrée chaude au niveau social, il faut que les personnels mis à rude épreuve puissent aussi se ressourcer."

>>> A LIRE AUSSI - Calendrier, sanctions... le projet de loi sanitaire débattu par les députés ce mercredi

"Ca donne le mauvais rôle au policier"

Les instructions ne sont pas encore claires selon lui.

"La problématique est surtout "comment on va faire ?" Il n'y a pas d'instructions, on a juste ajouté TousAntiCovidVerif sur les outils numériques de la police, mais tout le monde n'est pas équipé, donc il y aura une disparité dans les contrôles selon les territoires."

Ils estime qu'évidemment tous les établissements ne pourront être contrôlés. et que ce "n'est pas le coeur du métier de policer". "Il y a d'autres missions les luttes contre le terrorisme, les stupéfiants, les violences conjugales... Ce sont des missions prioritaires du ministère ! Je trouve que ça donne le mauvais rôle au policier."

J.A.