RMC

Lot-et-Garonne: faute de personnel, le SMUR d'une petite ville contraint de fermer pendant l'été

À Nérac dans le Lot-et-Garonne, le SMUR est fermé pendant la durée de l'été faute de personnel.

Comme la plupart des habitants de Nérac dans le Lot-et-Garonne, Jean-Claude, retraité, a déjà bénéficié des services du SMUR de sa ville: "J’en ai eu besoin parce qu’il y a quelques temps, je me suis évanoui dans la rue", raconte-t-il au micro de RMC.

Mais depuis dimanche il ne peut plus compter sur leurs services. Faute de personnel, le service de cette ville de 7000 habitants a fermé jusqu'au 30 août inclus. De quoi le mettre en colère: "Pour moi c’est de la bêtise, de la connerie même, carrément. Alors s’ils ne veulent plus soigner les gens qu’ils le disent franchement et puis c’est tout".

Aurore infirmière au SMUR de Nérac depuis 11 ans a dû rejoindre un autre service de l’hôpital pour l’été. Elle dénonce le rallongement des délais d’intervention depuis Agen, le centre le plus proche : "Il faut 30 minutes pour Nérac, voire 50 minutes pour des secteurs plus éloignés de Nérac".

"On ne peut pas se permettre de perdre du temps"

Une situation qui fait courir un risque important aux patients : "Quand on fait un infarctus, ce sont des délais d’intervention qui doivent être rapides. On ne peut pas se permettre de perdre du temps sur des délais d’intervention et de route", assure Aurore.

Face au manque de personnel et à l’heure d’une quatrième vague de Covid-19, Laurent Maillard, chef du SMUR d’Agen, ne sait pas comment il va faire face: "Déjà les urgences dans notre département c’est très compliqué, on est sur des services qui sont saturés. Donc demain, avec la quatrième vague, on ne va pas savoir comment faire. Les risques, on va en prendre de plus en plus, et les prises en charges dégradées vont être de plus en dégradées".

Habitants, urgentistes et élus de la ville avaient pourtant manifesté vendredi dernier pour empêcher la fermeture mais rien n’y a fait. Et en plus du SMUR de Nérac, le service d’urgences de l’hôpital de Marmande aussi a dû fermer ses portes.

>> A LIRE AUSSI - Pass sanitaire obligatoire à la SNCF: comment ça va fonctionner

Rémy Doutre (avec G.D.)