RMC

Mal de dos: l'ostéopathie aussi efficace qu'un placebo?

Une étude a été menée par l'équipe de l’hôpital Cochin sur 400 patients pendant 10 ans, en collaboration avec des ostéopathes.

Les ostéopathes sont aussi efficaces qu’un placebo pour le traitement du mal de dos: c’est le résultat d’une étude publiée par la revue JAMA Internal Medicine, publiée le 15 mars dernier.

Cette recherche a été menée par l'équipe de l’hôpital Cochin sur 400 patients pendant 10 ans, en collaboration avec des ostéopathes. Et le résultat est clair: entre le groupe des patients qui recevaient des soins ostéopathiques et ceux qui recevaient des soins placebo, aucune différence cliniquement pertinente n'a été observée. 

Pendant 30 ans, Éric souffre du dos, une lombalgie chronique que ni kiné ni médicaments n’arrivent à soulager. Deux séances suffisent à le remettre d'aplomb mais il ne tient pas à faire de son cas une généralité.

"J'ai fini par me laisser convaincre d'aller voir un ostéopathe. J'étais réticent à l'époque d'aller voir ce que je considérais comme un rebouteux et je dois dire que ça m'a fait le plus grand bien puisque je ne sens quasiment plus rien. Ca m'a permis de régler mon problème, mais je me garde bien de généraliser" confie-t-il sur RMC. 

n effet remis en cause par une récente étude qui explique que les résultats sont équivalents entre ostéopathie et placebo.

"Il ne faut pas faire croire que, sous couvert de bien-être, on va traiter une maladie"

Cette nouvelle étude ne convainc pas Philippe Sterlingot, président du syndicat français des ostéopathes: il est convaincu de l'importance du rôles des ostéopathes.

"On n'a un apport différent vis-à-vis du patient. Le kinésithérapeute va s'inscrire dans une vision assez conventionnelle de la médecine, là où l'ostéopathe va s'attacher à s'identifier à toutes les dysfonctions de façon à ce que le patient ne ressente plus les symptômes pour lesquels il était venu". 

Mais ce n'est pas de la médecine, souligne le professeur François Rannou, auteur de l'étude. Et c'est la confusion entre les deux qui lui pose problème.

"Dans un certain nombre de cas, on confond tout ce qui à rapport au bien-être et ce qui est important pour la maladie. Il ne faut pas faire croire que, sous couvert de bien-être, on va traiter une maladie. Ca, ça n'existe pas" dénonce-t-il, avant de rappeler que l'effet placebo est considérable et permet bien souvent des améliorations chez les patients. 

Le nombre d'ostéopathes a été multiplié par 6 en une quinzaine d'années en France. Il en existait près de 32.000 en 2019, soit la plus grande densité d’ostéopathes par habitant au monde.

La rédaction de RMC avec AFP