RMC

Moins de 7% de la population testée: la campagne de dépistage massif au Havre n'a pas apporté satisfaction

Face à l'épidémie du Covid-19, Le Havre et son maire Édouard Philippe avaient l'intention de dépister au moins la moitié de la ville. Mais le bilan est loin du compte.

Une campagne de dépistage massive s'est achevée hier soir au Havre. Depuis lundi, 20 centres éphémères étaient mis en place dans le département, huit juste pour la ville du Havre.

Au départ, le maire du Havre Édouard Philippe espérait tester 50% de la population. Mais, six jours plus tard, moins de 7% de la population s'est déplacée.

"C’était mieux de la savoir avant Noël"

Ce samedi, dans un des gymnases de la ville, les barrières qui forment la file d'attente ne servaient pas a grand chose. Sur les 50 de chaises, à peine une dizaine est occupée. Bruno et sa famille attendent leur résultat qui s'avèrera négatif.

"C’était mieux de la savoir avant Noël, comme ça on aurait eu un peu de temps si il avait fallu que l'on se confine. On continue à respecter les gestes barrières mais (avec ce test négatif), on est plus tranquille dans la tête".

"Les gens étaient réticents ou avaient peut-être peur du test"

Mais, contrairement a la famille de Bruno, peu ont fait le déplacement. Jonathan, de la protection civile, gère ce site de dépistage éphémère. En tout, 30% de leur tests prévus n'ont pas été utilisés. "Les gens étaient réticents ou avaient peut-être peur du test car tout le monde ne veut pas se faire dépister", pense-t-il.

C'est le cas d'Hugo par exemple. Ce Havrais se fera dépister avant Noël, malgré lui. 

"Ma mère demande à ce que chacun se fasse dépister. J’ai trouvé le temps au début de la semaine histoire que tout le monde soit rassuré mais ça ne me pose pas plus de soucis que ça que de ne pas le faire".

Le Havre et Charleville-Mézières, loin du compte

L'ARS sortira un bilan détaillé de cette campagne en début de semaine prochaine. Car Le Havre n'est pas la seule métropole où s'est déroulé un dépistage massif. À Charleville-Mézières, la campagne se finira même le 30 décembre. Ce samedi, le président d'Ardenne-Métropole, Boris Ravignon, a indiqué que 3 683 prélèvements ont été réalisés.

On est bien loin du cas de Liverpool. La campagne du dépistage du Havre se basait sur celle de la ville anglaise où 500 000 habitants y avaient été testés en 4 jours.

Bettina de Guglielmo (avec Maxime Trouleau)