RMC

"Peu de gens seront concernés par cette extension": pourquoi certains considèrent insuffisante l'ouverture de la vaccination à 20 nouvelles professions?

L'ouverture de la vaccination à certains professionnels de plus de 55 ans laisse perplexe. La CFDT réclame une ouverture élargie à toutes les catégories d'âge de ces métiers à risque.

Alors qu'un adulte sur 4 a reçu au moins une dose de vaccin (24.8%) ... le coupe-file pour la vaccination s'étend. Désormais une vingtaine de métiers auront le droit à des créneaux réservés, à partir de samedi. Conducteurs de bus, agents d’entretien, caissières, bouchers, boulangers ou encore pompes funèbres. Cela concerne environ 400.000 personnes, âgées de plus de 55 ans. 

Et la nouvelle est un soulagement pour Thierry Meunier, 56 ans, boulanger à Boulogne-Billancourt: "Ça rassure toute l'équipe qui travaille avec nous et les clients bien sûr". Dès samedi, le boulanger prévoit de trouver un créneau pour se faire vacciner. Car derrière le comptoir, Thierry se sent particulièrement exposé au virus: "On côtoie chaque jour 800 à 900 personne, on donne le pain dans la main du client donc c'est très important".

"Parmi mes collègues, j'ai majoritairement des gens de moins de 55 ans"

Parmi la liste des prioritaires, on retrouve aussi les éboueurs. Florian, 33 ans agent de ramassage de déchets dans la métropole lyonnaise salue la reconnaissance de son métier, mais déplore la limite d'âge: "J'ai un peu de mal à comprendre cette limite des 55 ans dans le sens où les personnes les plus exposées sont celles à l'arrière du camion et sont majoritairement des jeunes. Et parmi mes collègues, j'ai majoritairement des gens de moins de 55 ans. Il y aurait très peu de gens concernés par cette extension de la vaccination".

Un constat partagé par Catherine Pinchaut, secrétaire nationale de la CFDT en charge des questions de santé au travail: "Il y a tout intérêt ouvrir la vaccination aux plus jeunes dans les prochaines semaines". La CFDT Aimerait également élargir la liste des prioritaires à d'autres métiers, notamment les agent d'accueil de la poste ou de Pôle Emploi. 

Les personnes éligibles devront se munir d'une déclaration sur l'honneur précisant qu'elles exercent l'un des métiers retenus, d'un bulletin de salaire ou d'une carte professionnelle. Au total avec les enseignants, assistantes maternelles ou forces de l'ordre qui y ont déjà le droit, ce sont 800.000 personnes qui sont désormais concernées par cette vaccination prioritaire.

>> A LIRE AUSSI - Chauffeurs routiers, caissiers, éboueurs... Ces nouveaux métiers qui vont pouvoir se faire vacciner en priorité contre le Covid-19

Alexandra Sirgant (avec Guillaume Dussourt)