RMC

Pourquoi l'homéopathie n'est-elle désormais plus remboursée par la Sécu?

EXPLIQUEZ-NOUS - Tous les matins à 7h50, Bérengère Bocquillon propose sur RMC une chronique pédagogique sur une actualité du jour.

Il faudra passer à la caisse. Et pour certains Français, cela risque de coûter cher. Depuis ce 1er janvier, l’homéopathie n’est plus remboursée par la sécurité sociale. 

Et pour cause: cela fait 120 ans qu’on cherche à prouver l’efficacité de l’homéopathie, et aucune étude n’a jamais réussit à faire la preuve scientifique de son efficacité. C’est ce qu’a conclu la Haute autorité de Santé, qui a analysé près de 1000 études sur l’efficacité des tubes de granules. Parce qu’il y a eu des centaines de travaux indépendants sur l’homéopathie, sur une grande variété de maladies: l’asthme, les otites, l’arthrite, les migraines, les allergies, l’hypertension… Toutes ces maladies qu’on traite quelquefois avec de l’homéopathie aujourd’hui. Et d’après toutes ces études, l’homéopathie n’est pas plus efficace qu’un placebo. 

Pourtant les Français adorent l’homéopathie: plus de sept Français sur dix considèrent que c’est efficace, et plus de la moitié d'entre nous en ont déjà pris au cours de leur vie. Ce traitement jouit d’une image très positive en France: une médecine douce qui ne propose pas de médicaments lourds ou agressifs. D’ailleurs, il y a une étude qui montre que les médecins homéopathes prescrivent moins de médicaments actifs que les médecins conventionnels, pour un résultat thérapeutique similaire.

Mais ce ne sont pas les granules qui seraient à l’origine de ce résultat: cela s’expliquerait parce qu’un médecin homéopathe passe souvent plus de temps avec son patient. Avec ces traitements individualisés, il est nécéssaire de bien connaitre son patient. Et c’est ce dialogue qui créerait les conditions d’un effet placebo. 

Beaucoup de médecins français prescrivent de l’homéopathie… 

Aujourd'hui, 20.000 médecins intègrent l’homéopathie dans leur ordonnance, et 5000 d’entre eux, exercent l’homéopathie à titre principal. 

Il existe toujours en France des diplômes d'homéopathie délivrées par les universités françaises, en faculté de médecine, ou de pharmacie. Mais ces diplômes disparaissent petit à petit. Les facultés de médecine de Lille, d’Angers, de Tours ont ainsi supprimé leurs diplômes universitaires d’homéopathies au cours des deux dernières années ; depuis que la Haute autorité de Santé a déclaré que ces traitements étaient inefficaces. 

Pourquoi la remboursait-on jusqu’à aujourd’hui? 

La Sécu remboursait l’homéopathie tout simplement parce que Georgina Dufoix, ministre de la santé en 1984, décide, sans évaluation scientifique, de rembourser l’homéopathie à hauteur de 65%. Un taux qui va ensuite baisser progressivement jusqu’à aujourd’hui. 

Il n’y a plus qu’en Allemagne et en Suisse que l’homéopathie est remboursée en Europe.

Certains pays ont une vision plus restrictives: au Canada, par exemple, un médecin qui prescrit de l’homéopathie commet une faute grave et peut être poursuivi devant le collège des médecins canadiens.

A quoi sert alors l'homéopathie?

Comme le disait un président d’une université de médecine, "l’importance de l’effet placebo n’est pas à négliger". Il faut ainsi écouter les témoignages des patients, et des médecins sur RMC qui racontaient à quel point ce traitement les avait soulagé ou même guéri.

Dérembourser ne veut pas dire que l’homéopathie est inutile, mais qu’elle est impossible à mesurer scientifiquement. D'ailleurs, on trouvera toujours de l’homéopathie en pharmacie: ces traitements vont même garder le statut de médicaments. 

Mais leur prix va forcément augmenter parce que le déremboursement. Cela implique donc une libre fixation du prix et des taxes supplémentaires sur les médicaments. Et les mutuelles ne comptent pas rembourser ces traitements.

La seule chose qui est donc certaine dans cette histoire, c’est que l’homéopathie va coûter plus chère à ses adeptes... 

Bérengère Bocquillon et Xavier Allain