RMC

"Pourquoi on n'est plus dedans?": faut-il vacciner en priorité les personnes souffrant d'obésité?

REPORTAGE RMC - Les personnes souffrant d'obésité pensaient être dans les personnes prioritaires pour obtenir le précieux vaccin. Mais ce n'est pas encore le cas.

Ils font partie des populations particulièrement exposées aux formes graves du coronavirus... Dans les services de réanimation, près d'un patient Covid-19 sur deux est obèse. Pourtant les personnes obèses ne sont devenues éligibles au vaccin que tardivement. Depuis le 25 février, celles qui ont plus de 50 ans peuvent se faire vacciner.

Dans les faits, elles ne sont pas forcément au courant et comme pour le reste de la population, les vaccins manquent et les rendez-vous sont compliqués à obtenir. Et surtout les moins de 50 ans attendent encore.

"J'ai entendu parler Castex des personnes prioritaires. Très bêtement, je me suis dit on est dedans"

Un problème pour les associations. Elles dénoncent une campagne qui ne va pas assez vite et qui ne priorise pas assez les personnes obèses. Depuis un an, Anne-Sophie Joly reste cloîtrée chez elle. Elle souffre d'obésité et sait qu'elle a plus de risques de développer une forme grave du Covid-19.

"Je n'ai pas du tout envie personnellement de me retrouver en réa, voire de me retrouver disant au revoir à tout le monde. Dès qu'il y a un vaccin disponible sur lequel je suis compatible, je le fais. J'attends mon vaccin"

Elle pensait pouvoir être vaccinée vite, mais finalement elle n'est pas éligible.

"J'ai entendu parler Jean Castex des personnes prioritaires. Très bêtement je me suis dit on est dedans. Je suis éligible ni à l'un ni à l'autre, ni le Pfizer, ni le AstraZeneca. J'ai dû louper un épisode, pourquoi on n'est plus dedans?"

Une absurdité pour Agnès Maurin, présidente de la ligue contre l'obésité. Vacciner les personnes obèses est prioritaire d'après elle. 

"Aujourd'hui on a vacciné la population âgée. L'âge de la population (en réa) diminue. Si on veut désengorger les hôpitaux c'est impératif de vacciner ces personnes-là"

Un peu moins de la moitié des décès dus au Covid-19 à l'hôpital sont des patients obèses.

Garance Munoz et Lucie Nolorgues (avec J.A.)