RMC

Qu'est-ce qu'arretmaladie.fr, le site polémique, qui permet d'obtenir un arrêt maladie sur internet?

Le site propose des consultations en télémédecine. Les médecins peuvent délivrer des arrêts maladies de trois jours maximum. Fait cela pose une problème pour certains qui estime que ce site est une marchandisation du système de médecine.

Demander un arrêt maladie sur internet c'est maintenant possible. Depuis mardi, le site internet arretmaladie.fr propose des consultations en télémédecine. L'idée est simple, le patient remplit un formulaire pour expliquer ses symptômes puis est mis en relation vidéo avec un médecin. Celui-ci peut alors lui délivrer un arrêt maladie de maximum trois jours.

Sur le site, il faut d'abord remplir un long questionnaire sur ses symptômes. On est ensuite mis en contact, par vidéo interposée, avec un médecin. C'est lui qui décide de délivrer l'arrêt maladie, le tout en moins de 10 minutes. Cout de l'opération : 25 euros. Une véritable révolution pour les patients français plaide Can Ansay, le fondateur allemand de la start-up.

"Vous n'avez plus besoin de quitter votre maison, vous pouvez simplement vous détendre et récupérer. Nous voulons rendre les services médicaux 100 fois plus rapides, plus fiables, plus pratiques et moins chers. Nous avons montré que ça marche en Allemagne. Tout le monde est gagnant y compris les médecins et le système aussi », explique-t-il. 

L'assurance maladie veut suspendre le site

Ce site est une marchandisation et un détournement du système français. C'est l'avis du docteur Jérôme Marty, président de l'Union française pour une médecine libre.

"On voit clairement sur ce site, qu’on induit ou qu’on incite le patient à déclarer qu’il n’a de médecin traitant, qu’il n’a pas pu le trouver parce qu’il y a des grèves. Il joue sur les conflits sociaux actuels : vous ne pouvez pas utiliser vos moyens de transport, mais rassurer vous, on va vous donner votre arrêt de travail. Et on va le monnayer bien sûr. Mais on n’a pas à faire trafic du malheur des gens", indique-t-il. 

L'assurance maladie annonce qu'elle va mettre en demeure le site qui, selon elle, ne respecte pas la loi. Elle souhaite tout simplement faire interdire ce site. 

Benjamin Pelsy et Nicolas Ropert avec Guillaume Descours