RMC

Taclant les "diktats" des "nantis" de Paris, Samia Ghali explique pourquoi Marseille veut son propre conseil scientifique

INVITEE RMC - La deuxième adjointe à la mairie de Marseille explique ce mardi matin sur RMC pourquoi la ville veut se doter de son propre conseil scientifique.

Un sécession avec la capitale au niveau scientifique ? La ville de Marseille envisage de se doter de son propre conseil scientifique pour évaluer la situation sanitaire pour "dire (elle-même) ce qui va et ce qui ne va pas" et ne "plus dépendre de certains scientifiques parisiens", comme l'a expliqué la deuxième adjointe à la ville Samia Ghali en conseil municipal lundi.

La ville, placée par le gouvernement en zone d'alerte maximale, a très mal vécu la fermeture imposée des bars et restaurants durant une semaine, même s'ils ont pu rouvrir lundi.

"Ils se réunissent entre eux, à Paris, entre nantis"

Invitée de RMC ce mardi matin, l'élue marseillaise explique les raisons qui l'ont poussé à proposer cela et se montre particulièrement virulente envers tout ce qui représente "la capitale".

"Ca prend forme, la maire de Marseille commence déjà à prendre des contacts avec certains scientifiques et médecins de ville, ceux qui sont au contact réel de la population, pour prendre en compte la situation locale, sociale et économique. Tout doit être pris en compte, pas seulement un diktat mené par les uns et les autres, et souvent en contradiction entre eux. Ils se réunissent entre eux, à Paris, entre nantis et c'est tout. Et ils oublient qu'à côté il y a des vies, des gens qui ont besoin de comprendre, des élus locaux... On ne peut pas être méprisés comme cela. Je mesure mes mots."

Une ville qui se sent stigmatisée?

"Complètement. Je respecte la République mais il faut qu'elle donne le sentiment qu'elle soit égale pour tout le monde. Quand les restaurateurs marseillais estiment avoir été lésés... On veut faire de Marseille un exemple ? Un laboratoire du gouvernement ?"

"Ils ont préféré libérer Marseille pour ne pas enfermer Paris"

La question économique doit aussi prise en compte par le conseil scientifique selon Samia Ghali qui tacle aussi le gouvernement et sa gestion hasardeuse et injuste selon elle, même si les restaurants marseillais sont autorisés à rouvrir.

"Ils n'ont pas fini par nous entendre. C'est qu'ils n'osaient mettre Paris en zone écarlate avec les mêmes conditions. Ils ont préféré libérer Marseille pour ne pas enfermer Paris. Comment peut-on être crédibles? C'est comme si des parents disaient à leurs deux enfants que l'un avait le droit de faire quelque chose mais pas l'autre."
J.A.