RMC

"Toutes les 12 minutes, un Francilien est admis en réanimation": Olivier Véran évoque une situation critique en Île-de-France

INFOGRAPHIES - Le ministre de la Santé a assuré que des doses supplémentaires allaient être envoyées dès ce week-end à la région.

Le ton inquiet, Olivier Véran détaille les signes de préoccupation en Ile de France. Un taux d'incidence très élevé, mais surtout des services de réanimation à l'hôpital proches de la rupture:

"Toutes les 12 minutes un Francilien est admis dans un service de réanimation. Si le rythme continue à être le même, nous dépasserons les 1500 patients Covid-19 à la fin du mois de mars ce qui correspond à un seuil critique".

La situation épidémique et sanitaire en Ile-de-France nous préoccupe tout particulièrement", a affirmé Olivier Véran, évoquant la circulation "élevée" du virus, avec 350 cas pour 100.000 habitants en moyenne chaque semaine, et même plus de 400 dans le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis, contre environ 220 au niveau national.

"Ce soir, 1.080 patients y sont pris en charge: presque le pic de la deuxième vague. Si le rythme continue à être le même, nous dépasserons 1.500 à la fin du mois de mars, ce qui correspond à un seuil critique pour les hôpitaux de cette région", a-t-il poursuivi, pour justifier les évacuations sanitaires.

Pour tenter de soulager un peu la région parisienne, le ministre de la Santé mise sur des transferts de patients vers des régions plus épargnées.

De nombreux déplacements devraient avoir lieu dès ce week-end: "Nous préparons des transferts importants de patients vers les autres régions, qui pourraient avoir lieu dès cette fin de semaine: on parle là de dizaines, voire de centaines de patients qui pourraient être évacués de l'Ile-de-France vers d'autres hôpitaux (...) du territoire national", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse.

>> A LIRE AUSSI - Remboursement des voyages annulés: "L’État ne s’interdit rien", annonce Jean-Baptiste Djebarri sur RMC

"Même si on prenait une mesure de confinement sévère maintenant, elle ne montrerait ses effet s que dans 15-20 jours"

Mais dans l'immédiat, Olivier Véran se refuse à tout confinement en région parisienne même le week-end. Avant de préciser: "Nous irons encore plus loin en termes de déprogrammation si la situation devait l'imposer", a assuré Olivier Véran.

Une décision impossible à accepter pour Edouard Obadia, médecin-réanimateur de l'hôpital privé Claude Galien dans l'Essonne:

"Il va bien falloir faire quelque chose pour ne pas qu'on arrive à dire 'on ne prend plus de patients, on a plus de place'. Même si on prenait une mesure de confinement sévère maintenant, elle ne montrerait ses effet s que dans 15-20 jours", déplore-t-il.

Ce week-end 25.000 doses supplémentaires de vaccin sont attendues en Île-de-France, pour accélérer le plus possible la vaccination. Car le taux d'incidence ne faiblit pas. Il est de 350 cas pour 100.000 habitants dans la région.

>> A LIRE AUSSI - Le Danemark et la Norvège suspendent le vaccin AstraZeneca après des problèmes chez des patients

Romain Cluzel (avec Guillaume Dussourt)