RMC

Succès ou échec, le confinement le week-end: que disent les chiffres?

Dans les Alpes-Maritimes, cette mesure va être reconduite samedi et dimanche. Mais est-ce justifié?

La situation épidémique reste, malgré tout, préoccupante. Près de 4.000 malades du Covid-19 en réanimation, des patients évacués de certaines régions pour éviter la saturation des hôpitaux: la crise sanitaire, au centre d'un conseil de défense mercredi matin à l'Elysée, est loin d'être terminée malgré la protection promise par la campagne de vaccination.

Un nouveau confinement a été écarté pour l'heure en Ile-de-France, région la plus peuplée du pays (12 millions d'habitants) et en proie à une très forte hausse du nombre de malades du Covid-19 accueillis dans un service de réanimation, avec 1.034 patients mercredi selon l'Agence régionale de santé (ARS) pour "moins de 1.050" lits disponibles. 

Mais après sept semaines de couvre-feu à 18h en métropole et plus de quatre mois de fermeture pour les restaurants, bars, lieux culturels et salles de sport privées notamment, l'exécutif veut tout faire pour éviter les confinements stricts, en vigueur dans plusieurs territoires outre-mer (Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna).

A défaut de confinement national, des confinements le week-end ont toutefois été décidés dans certaines régions. Dans les Alpes-Maritimes, cette mesure va être reconduite samedi et dimanche. Idem dans l'agglomération de Dunkerque, comme l'avait annoncé dès mardi la préfecture du Nord, et dans le département du Pas-de-Calais, où c'est prévu jusqu'à la fin mars. 

>> A LIRE AUSSI - "Les Français ne nous pardonneraient pas de voir des gens mourir dans les couloirs des hôpitaux": un reconfinement "dur" évoqué au sein de l'Exécutif

Est-ce que le confinement partiel du département a produit des effets?

Oui sur les cas, non sur la tension hospitalière: voilà comment l'on pourrait résumer la situation. Et ce n’est pas forcément contradictoire, considérant le décalage temporel entre les infections et les admissions à l’hôpital.

Ainsi, dans le détail, le taux d’incidence dans les Alpes-Maritimes était de 628 cas pour 100.000 habitants au 22 février, c’est-à-dire quand le gouvernement a annoncé les nouvelles restrictions. Il est, aujourd’hui, de 484. Cette baisse est encore plus visible dans la métropole niçoise… 

En revanche, le nombre d’entrées en réanimation continue de progresser. 90% des lits sont occupés par des malades Covid dans les Alpes-Maritimes: c'est cette raison qui a fait pencher la balance du gouvernement pour la prolongation du confinement d’un week-end. 

En clair, la circulation du virus ralentit, mais les cas graves, pas encore. C’est ce qui fait dire à beaucoup d’élus, de médecins, et de niçois, on l’a entendu, que ce confinement partiel ne sert pas à grand-chose… 

>> A LIRE AUSSI - Départements en "surveillance renforcée": qu'est-ce que ça signifie concrètement?

Louis Amar et Xavier Allain