RMC

Un plan en trois étapes: le protocole de réouverture des restaurants et bars se précise

-

- - -

"On a le code mais on n’a pas la conduite !" Les restaurateurs, faute de pouvoir rouvrir, se contentent de l'organisation d'une méthode pour envisager un déconfinement de leurs établissements.

Sans avancer de calendrier, le ministère de l'Economie et les professionnels du secteur de la restauration commencent à s'accorder sur un plan de réouverture des établissements. 

Cette réouverture des restaurants et bars reste soumise à deux critères épidémiques. D'un côté le nombre de nouvelles contaminations journalières doit baisser. De l'autre, une certaine proportion de la population doit avoir reçu le vaccin. Aucun objectif chiffré n'a pour l'instant été défini.

La réouverture totale des établissements ne se fera pas sans un protocole sanitaire. Ce sera le même que l'année dernière, pas plus de 6 personnes par table et un mètre de distance entre chaque tablé.

Enfin, la mise en place d'un QR code unique par établissement sera généralisée. Chaque client devra le flasher en arrivant. Il doit permettre de remonter plus facilement les chaines de contaminations.

Un plan en trois étapes

Un plan en trois étapes de 4 semaines chacune se profile. Les premiers qui pourront rouvrir leurs portes sont les restaurant des hôtels. Et encore, uniquement pour le petit-déjeuner des clients. Suivront les terrasses ainsi que les salles des cafés et restaurant dans la limite de 50 % de leur capacité d’accueil d’origine.

La dernière phase est celle de l’ouverture complète de tous les établissements. Mais pas n’importe comment. Un protocole sanitaire renforcé s’appliquera toujours. Pas plus de 6 convives par table et un mètre de distance entre chacune.

Ce plan est donc conditionné à l’évolution de deux critères épidémiques : le nombre de nouveaux cas de Covid-19 par jour et la proportion de la population qui sera vaccinée.

Enfin, chaque personne qui voudra déjeuner au restaurant ou boire un verre dans un bar devra photographier un QR à l’entrée de l’établissement. Il pourra ainsi être prévenu facilement s’il a été exposé à un risque de contamination au Covid-19. 

Comment réagissent les restaurateurs?

Alain Fontaine, restaurateur du Mesturet à Paris, président de l'association des maîtres-restaurateurs, se contente de ces annonces, faute de mieux.

"Il n’y a toujours pas de date mais il y a une méthode. Je pense que les syndicats se sont bien battus avec le gouvernement. La méthode est intéressante. Au moins, on a ça. On a le code mais on n’a pas la conduite, on sait comment faire mais il nous faut la clé pour démarrer la voiture."

"On n'a pas la date et c'est très gênant, on s'approche d'échéances de début de saison. On peut penser que les vacances de Pâques seraient propices à un début de réouverture, mais attention. Si on rouvre les petit-déjeuner d'hôtels. Mais il faudrait connaître sept semaines ensuite pour une réouverture comme on a connu pendant le déconfinement."

Benjamin Pelsy et J.A