RMC

Variant britannique du Covid-19: faut-il préférer les masques chirurgicaux à ceux en tissu?

De nouvelles recommandations pour faire face aux variants du Covid-19. Le Haut conseil de santé publique (HCSP) recommande de ne plus utiliser certains masques en tissu, notamment ceux fabriqués artisanalement.

Des masques jugés moins filtrants et donc insuffisamment efficaces face à des variants anglais, sud-africains et brésiliens plus contagieux. Un avis du Haut conseil de santé publique transmis au ministère de la Santé et que l'exécutif peut choisir de suivre... ou non.

Faut-il jeter ses masques en tissu?

Les masques en tissu fabriqués de façon artisanale filtrent à peine 70% des particules. Le Haut conseil de la santé publique recommande lui de porter des masques qui filtrent au moins 90 % des particules. 

De quels masques s'agit-il? Les masques en tissu d'abord, mais seulement ceux qui sont fabriqués industriellement, de catégorie 1. Vous retrouvez l'information sur l'emballage.

Ensuite, il y a les masques chirurgicaux qui doivent respecter la norme EN 146 83. Là aussi, vous retrouver la mention sur l'étiquette du produit.

Enfin, les masques FFP2. Ce sont ceux en forme de bec de canard, ils sont la plupart du temps portés par le personnel de santé. Mais ces masques sont moins confortables et ils coûtent plus cher: 1 euro contre 10 centimes en moyenne pour les masques chirurgicaux. 

Cette nouvelle recommandation perturbe les habitudes prises par les Français qui ont adopté les masques en tissu ces derniers mois.

Pour aller faire ses courses, dans les transports, Evelyne, retraitée, n'est jamais sans son masque en tissu. On lui en a offert plusieurs et elle se sent en sécurité avec. Pas question donc de le troquer contre un masque chirurgical: "A ce moment-là, il faut nous mettre un casque! On ne sort plus de chez soi. Je ne changerais pas d’habitude je crois à moins que ça nous coûte 135 euros".

"Il faut porter des masques qui filtrent beaucoup plus que les masques en tissus"

C'est avec leurs propres mains que Céline et ses trois enfants ont fabriqués leurs masques en tissu, tous colorés, avec des symboles:

"On porte essentiellement des masques en tissu. C’est une question écologique. Si effectivement c’est dangereux pour notre santé et celle des grands-parents, évidemment on va changer nos habitudes et on prendra les masques en papier".

Face aux variants du Covid-19, plus contagieux selon les scientifiques, il est indispensable de mieux se protéger. Jérôme Marty est médecin généraliste: "Il faut augmenter cette protection pour éviter ce nuage viral. Il faut porter des masques qui filtrent beaucoup plus que les masques en tissus. D’où les masques chirurgicaux recommandés pour tout le monde".

La Haute autorité de santé publique recommande aussi de respecter désormais une distance de deux mètres entre les personnes.

Mahauld Becker-Granier (avec C.P.)