RMC

33 feux rouges sur 7 km: la route qui rend fous les automobilistes grenoblois

Un feu rouge, à Paris (photo d'illustration)

Un feu rouge, à Paris (photo d'illustration) - Jacques Demarthon - AFP

Des automobilistes grenoblois ont lancé une pétition pour demander aux autorités de mettre un terme à la litanie de feux rouges qui jonchent une route qui traverse plusieurs villes du nord de l'agglomération.

C'est le cauchemar des automobilistes : une route jonchée de feux rouges, avec le sentiment de ne servir à rien d'autres qu'à vous énerver. Ce cauchemar est une réalité pour les automobilistes de trois communes au nord de Grenoble, en Isère, depuis un an et demi et l'arrivée du tramway. La route qu'ils empruntent, de Saint-Martin-le-Vinoux jusqu'au Fontanil, et qui traverse la commune de Saint-Egrève, compte 33 feux rouges sur… 7 kilomètres. Le problème, c'est que les feux ne sont pas coordonnés et passent au rouge sans raison. Les automobilistes, eux aussi, voient rouge.

"Rouge même quand personne ne traverse la voie"

Deux habitants de Saint-Egrève ont même lancé une pétition pour se faire entendre de la mairie. "Nous ne mettons pas en cause du tout le fait qu'il passe au rouge quand le tramway ou un piéton passe. Ce que nous contestons, c'est le passage systématique des feux au rouge même quand il n'y a ni tramway, ni piétons, ni véhicules sur les voies traversantes, explique sur RMC Louis Brissot, l'un des initiateurs de cette pétition. C'est frustrant, ça énerve et ça génère de la pollution. On est des êtres humains censés être intelligents, alors obéir à un robot idiot, ce n'est jamais très agréable".

"C'est un peu pousse-au-crime ces feux rouges"

Ça créé de l'énervement, du stress, du bruit, de la surconsommation, ajoute Jean-Paul Misslin, l'autre initiateur de la pétition, qui avait recueilli près de 2.000 votes ce samedi. Surtout, on a constaté, de plus en plus d'incivilités : des gens qui n'en peuvent plus et qui passent au rouge. Mais c'est un peu pousse-au-crime ces feux rouges, s'ils étaient bien réglés ça éviterait ce genre de situation". Les pétitionnaires demandent à ce que les feux restent verts, sauf lors du passage du tramway ou à l'appel d'un piéton. Pour l'instant, les différentes municipalités et la métropole de Grenoble n'ont pas réagi à cette pétition, laissant les automobilistes à leur agacement.

P. Gril avec Gwenaël Windrestin