RMC
INFO RMC

Carburant: Total accepte de recevoir la CGT

Malgré la poursuite des blocages dans les raffineries et les dépôts de carburant, la CGT a décidé d'envoyer des représentants à la réunion organisée par Total ce mercredi après-midi. Et la direction de Total accepte de les recevoir pour échanger.

La CGT envoie une délégation de quatre négociateurs à la réunion organisée ce mercredi à 14h à La Défense, à Paris, par la direction de Total. Elle les avait invités, à condition que les "blocages" soient levés. Mais la grève continue dans les raffineries et les dépôts de carburant. "Ça va barder", avance un responsable cégétiste. A la mi-journée, la direction de Total a communiqué pour annoncer qu'elle recevrait "individuellement" les organisations syndicales et qu'elle acceptait d'"échanger" avec la CGT sur la situation du raffinage en France et la levée des blocages.

Faute d'approvisionnement, près de 30% des stations-service étaient à sec en France, ce mardi soir. Une proportion beaucoup plus forte dans certaines régions, notamment dans les Hauts-de-France et en Ile-de-France.

>> Suivez notre direct

Six raffineries en grève

Chez Total et Esso-ExxonMobil, le mouvement de grève a été prolongé ce mercredi matin. Six des sept raffineries de France sont donc en grève: les quatre de TotalEnergies et les deux d'Esso-ExxonMobil. Seule celle de Lavéra (groupe Petroineos) n'est pas bloquée. La raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) a rejoint le mouvement chez Total.

A Gravenchon, en Normandie, la menace de réquisition brandie par la Première ministre Elisabeth Borne n'a pas empêché les grévistes de voter la reconduction de la grève. Dans la foulée, le ministère de la Transition énergétique a annoncé le lancement par le gouvernement de la réquisition "des personnels indispensables au fonctionnement du dépôt". Les quelques grévistes indispensables au déblocage du carburant des cuves devraient donc se voir contraints de venir travailler, sous peine de sanctions pénales.

LP avec VJ