RMC

Trafic interrompu gare de l'Est: enquête ouverte, la reprise du trafic pas encore garantie

Après l'incendie et les dégradations qui paralysent le trafic à la gare de l'Est, ce mardi, le parquet de Meaux (Seine-et-Marne) a ouvert une enquête pour "dégradation volontaire par incendie et mise en danger d’autrui". La reprise du trafic ce mercredi n'est pas garantie, selon le ministre des Transports Clément Beaune.

Trafic interrompu toute la journée à la gare de l’Est, à Paris. Aucun train ne circule ce mardi, dans l’une des plus importantes gares de la capitale, après un incendie et des dégradations dans la nuit sur un boîtier électrique de la SNCF situé sur la commune de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne), comme indiqué par le parquet de Meaux, qui a ordonné l’ouverture d’une enquête flagrante du chef de dégradation volontaire par incendie et mise en danger d’autrui. Les investigations ont été confiées au service de police judiciaire de Meaux.

Selon les premières constations, l’incendie s’est déclaré vers 1h10 du matin et les policiers de Noisiel ont été avertis vers 4h35. "Un premier coffret abritant des câbles électriques avait été incendié après que deux panneaux en béton condamnant l’accès à la trappe où ledit coffret était inséré dans le sol avaient été retirés et déposés, indique le parquet. Un second coffret, situé de l’autre côté des voies, accessible au moyen d’un tunnel situé sous lesdites voies, avait lui aussi fait l’objet de dégradations par incendie après que deux plaques d’accès à la trappe avaient été, elles aussi, retirées et posées à même le sol."

Un portillon ouvert, sans trace d’effraction

D’après les premiers éléments de l’enquête, "un portillon d’accès aux voies de la SNCF était ouvert sans aucune trace d’effraction". Le parquet de Meaux ajoute que "l’évaluation exacte des dégâts est actuellement en cours au sein de la SNCF". La SNCF, qui avait dans un premier temps tablé sur une reprise du trafic des trains à 10h, a finalement annoncé qu'il serait interrompu "pour toute la journée, jusqu'à la fin de service" en raison des conséquences d'un incendie volontaire dans un poste d'aiguillage.

"C'est un acte de vandalisme inadmissible", a dénoncé Anne-Marie Palmier, directrice Zone de production Ile-de-France de SNCF Réseau, indiquant que "48 câbles, situés dans des caniveaux qui ont été ouverts, ont été brûlés". "Les câbles permettent de donner des informations aux postes d'aiguillage, donc la sécurité n'est plus assurée", a-t-elle ajouté, précisant que l'entreprise avait déposé plainte.

La reprise du trafic "pas encore garantie"

La reprise du trafic ce mercredi n'est pas encore garantie, selon le ministre des Transports Clément Beaune. Un nouveau point d'information doit être organisé à 17h. Clément Beaune, qui s'exprimait en direct de la gare devant plusieurs journalistes, a dénoncé "un acte de malveillance scandaleux qui doit être sanctionné et condamné", et a évoqué un "incident assez exceptionnel, très grave".

"On pensait que la matinée permettrait de résoudre le problème, ce n'est pas le cas. Malheureusement, toute la journée au moins, le trafic sera interrompu, j'invite toutes celles et tous ceux qui ont des voyages prévus demain de bien se tenir au courant, il y aura un point d'information précis (de la SNCF, ndlr) autour de 17h. Tout est fait pour une reprise dans les meilleurs délais, mais on est encore dans l'incertitude. On ne peut pas encore garantir la journée de demain", a-t-il prévenu.

LP avec Guillaume Biet