RMC

Hausse des taxes des carburants: le covoiturage pour économiser

Pour faire face à la hausse des prix des carburants, certaines communes tentent de s'organiser. A Saint-Quentin-Fallavier (Isère), une application facilite le covoiturage, ce qui peut engendrer des économies non-négligeables pour les utilisateurs.

La facture des carburants va encore s'alourdir. La ministre des Transports, Elisabeth Borne, l'a confirmé lundi sur notre antenne. Les taxes vont augmenter l'année prochaine : +7 centimes sur le litre de diesel et +4 centimes sur l'essence en 2019.

Cette hausse des taxes sur le carburant est inscrite au budget 2019, avec un rythme de progression plus important pour le diesel. L'Etat veut réduire l'écart fiscal entre l'essence et le gazole qui favorisait jusqu'à maintenant ce dernier. En France, les diverses taxes représentent 60% du prix des carburants.

Les communes tentent de s'organiser et de mettre en place de nouveaux systèmes

De quoi plomber un peu plus le budget des automobilistes notamment dans les zones rurales où l'offre de transports en commun n'incite par forcément les gens à ne pas prendre leur voiture.

Pour faire face à la hausse des prix des carburants, les élus tentent donc de se mobiliser pour les aider. C'est le cas dans le nord de l'Isère, à Bourgoin-Jallieu où Christian n'a pas le choix: pour faire les 40 km qui séparent son domicile à Bourgoin-Jailleu et son lieu de travail à Lyon, il est obligé de prendre sa voiture.

"Je prenais le train mais on le sait, le train, il y a quand même beaucoup de difficultés. En voiture, on est beaucoup plus libres".

150 euros d'essence et de péage économisé par mois sur un budget de 300 euros

Entre les péages et le carburant qui ne cesse d'augementer, le calcul a donc été vite fait pour Christian.

"Si on fait le covoiturage c'est aussi pour partager ses frais. En train mon budget était 30 euros. En voiture c'est 300, donc en covoiturage ça me fait environ 150 euros, ça n'est pas négligeable."

Aider les automobilistes à faire des économies, c'est la volonté de la CAPI, la communauté urbaine des portes de l'Isère qui soutient le développement d'une plateforme de covoiturage à la demande, mais pas seulement. Claude Berenguer, est le maire de St-Quentin-Fallavier.

"On a fait le maximum en créant des parkings de covoiturage, mais ce n'est le covoiturage conventionnel. Il suffit d'avoir l'application, et il y a un panneau lumineux qui indique à tout chauffeur qu'il y a quelqu'un qui cherche une course"

En quelques mois, cette nouvelle plateforme de covoiturage entre Bourgoin et Lyon a déjà séduit un millier d'automobilistes.

Jérémy Lannuzel (avec J.A.)