RMC

"Il y a un problème de santé publique, il faut des actions": les municipalités tentées de verbaliser le bruit des véhicules

-

- - -

Le bruit coûte de l'argent : 156 milliards d'euros par an. Alors à terme, les communes veulent sanctionner les usagers bruyants.

Pas besoin de radars antibruit pour constater que la départementale qui longe le village de Saint-Lambert-des-Bois dans les Yvelines est bruyante: "On a des bruits jusqu'à 100 décibels, la norme c'est 60 pourtant. Il y a des vraies nuisances dans la commune au niveau des habitations qui se trouvent près de la départementale, sur au moins trois quatre rangs de maison", assure Olivier Bedouelle, le maire du village de 451 habitants.

Alors pour que ça change, il souhaite que ces radars puissent flasher les conducteurs bruyants: "Comme la pollution de l'air, il faut faire attention à la pollution sonore", plaide l'élu.

Car le bruit nous coûte de l'argent, et de plus en plus cher. La pollution sonore a coûté environ 57 milliards d'euros en 2016 à la collectivité, selon une étude publiée jeudi, et il est estimé aujourd'hui à 156 milliards d'euros. Les nuisances sonores ont donc un prix, calculé par l'Ademe, l'agence de la transition écologique, et le Conseil national du Bruit.

"Il y a des maladies directement reliées au bruit"

Alors pour lutter, les municipalités veulent passer à l'action. À Nice, un radar antibruit sera installé en novembre prochain pour une phase d'étude. Et les premières verbalisations auront lieu fin 2022: "Quand on entend un motard avec un pot débridé, à partir d'une certaine heure, ce ne serait pas bête de le pénaliser", assure un habitant de la ville.

Il est nécessaire de sanctionner les conducteurs bruyants pour Laurianne Rossi, députée LaREM Hauts-de-Seine et présidente du Conseil national du bruit: "Il y a des maladies directement reliées au bruit: diabète, hypertension, troubles du sommeil. Il y a un problème de santé publique et il faut des actions". Neuf millions de Français sont exposés à des seuils de bruit supérieurs aux seuils autorisés.

>> A LIRE AUSSI - "Ca peut dégénérer à tout moment": les manifestations contre le pass sanitaire se multiplient en France

Romain Poisot (avec Guillaume Dussourt)