RMC

"Ca peut dégénérer à tout moment": les manifestations contre le pass sanitaire se multiplient en France

Dans ces rassemblements contre le pass sanitaire, les manifestants ont des profils et des raisons variés de manifester, mais ils sont tous déterminés.

De nouvelles manifestations contre le pass sanitaire sont prévues demain dans toute la France, comme c'est le cas depuis bientôt deux semaines. Samedi dernier, ils étaient plus d'une centaine de milliers à défiler sur tout le territoire contre la "dictature", la vaccination obligatoire et bien sûr contre le pass sanitaire. Jeudi encore, 200 personnes étaient rassemblées devant le Sénat à Paris à l’appel de François Asselineau. Une foule qui scandait "Le vaccin, on en débat, le pass on en veut pas".

>> A LIRE AUSSI - L'Assemblée nationale vote le projet de loi anti-Covid et acte l'extension du pass sanitaire et la vaccination obligatoire des soignants

Une marée humaine bon enfant et bon esprit, c’est comme ça que Lambert 30 ans décrit les manifestations de la semaine dernière à Annecy. Si cet entrepreneur bat le pavé pour la première fois, c’est surtout au nom de sa liberté.

"On nous impose un pass sanitaire donc on va être flashé dès qu’on va entrer dans un lieu et ça pour moi ce n’est plus être libre. Je ne suis pas contre les vaccins, je sais que ça fonctionne, que ça sauve des vies, mais celui-là, il n’est pas utile”, appuie-t-il.

Pas le niveau de violence des manifestations "gilets jaunes"

Des manifestations sans violence jusque-là mais Chantal, aide soignante opposée au pass sanitaire avertit, cela pourrait changer. "De toute manière on dit qu’il faut manifester pacifiquement mais si eux, en face, ils nous prennent pour des abrutis, à un moment il va y avoir des gens qui vont être très remontés et j’ai peur que ça fasse une révolution”, assure-t-elle.

Les policiers restent vigilants, le souvenir des manifestations violentes des “gilets jaunes” est encore frais. Mais on en est loin pour Jean-Paul Nascimento du syndicat UNSA Police.

“Pour le moment, on en est pas à ce niveau de violence. Mais les services de renseignement font qu’on emploie énormément de force dans ces manifestations parce qu’on sait que ça peut dégénérer à tout moment”, assure-t-il.

Des compagnies de CRS de toute la France vont être mobilisées demain, notamment pour renforcer Paris.

Maxime Brandstaetter avec Guillaume Descours