RMC
Alerte info

Prix des carburants: "On ne profite évidemment pas de la situation" assure Dominique Schelcher

Président de Système U, Dominique Schelcher assure dans "Apolline Matin" ce mercredi, sur RMC et RMC Story, que son groupe ne prend pas de marge supplémentaire sur les prix des carburants dans le contexte de la pénurie en France.

Pour les chanceux qui arrivent à faire le plein, l'addition est plus salée qu'avant la grève dans les raffineries et la pénurie dans de nombreuses stations-service. Le lien de cause à effet est-il direct? Dans "Apolline Matin" ce mercredi sur RMC et RMC Story, le président de Système U Dominique Schelcher assure, de façon vigoureuse, ne pas prendre de marge supplémentaire dans ce contexte difficile pour les automobilistes.

"On continue à jouer le jeu du prix bas sur le carburant, bien évidemment, explique-t-il. On ne prend quasiment pas de marge. Par contre, il y a deux phénomènes à prendre en compte. Un, le cours du baril du pétrole a ré-augmenté légèrement depuis quelques semaines. Et deux, pour aider à résoudre la situation, on importe du carburant. Et ce carburant peut coûter un peu plus cher à l’achat. C’est ça qui est répercuté. Mais on ne profite évidemment pas de la situation pour prendre des marges supplémentaires."

Selon les chiffres du ministère de la Transition écologique, le gazole a bondi en moyenne de 10 centimes par litre la semaine dernière (1,80 en moyenne), +7 centimes pour le sans plomb (1,64 en moyenne). 

"Pas d’aggravation" sur les ruptures dans les rayons

La grève dans les raffineries peut aussi perturber l'arrivée des livraisons dans les magasins. Les supermarchés doivent donc s'organiser. "On bloque des quantités de carburant pour certains camions, explique Dominique Schelcher. Ce n’est pas vrai dans toute la France, mais ça l’est dans certaines zones où la tension dans les stations-service est beaucoup plus forte. On est obligé de le faire. Il faut qu’on mette en place des solutions pour continuer de faire tourner nos magasins et aider les consommateurs pour que ça soit le moins pénible possible."

Mais pour le moment, les produits ne manquent pas dans les rayons. "Il y a un niveau de rupture habituel, actuellement, qui est un peu plus élevé depuis la crise Covid, indique le président de Système U. Il n’y a pas d’aggravation aujourd’hui. L’essentiel reste le problème du carburant et on se bat. Il y a quelque chose qui fait un peu de bien, c’est la libération des stocks stratégiques. Nous le demandons depuis un certain temps et là, nous l’obtenons, heureusement. Ça s’accélère un peu depuis ce week-end et tant mieux, parce que ça aide."

RMC