RMC

Changer son écran, sa batterie… Apple lance l'auto-réparation, mais c'est loin d'être simple

Apple vient de lancer son système d’auto-réparation, pour que les clients puissent se charger eux-mêmes de certains changements de pièces. Mais cela reste complexe.

Est-ce que vous êtes du genre à réparer vous-même votre smartphone? Changer un écran cassé, remplacer la batterie… Le "Do it yourself" est dans l'air du temps et depuis quelques jours, Apple propose d’acheter des pièces de rechange et des outils officiels pour bricoler tout seul son précieux smartphone. C’est un changement de discours complet. Jusqu’ici, Apple disait: surtout, ne réparez pas vous-même votre iPhone! Vous allez l’abîmer, vous risquez de vous blesser et vous allez faire sauter la garantie… Les pièces étaient soudées entre elles et il fallait passer par un Apple store ou par réparateur indépendant, souvent assez chers. Ou alors tenter de jouer les bricoleurs, au risque de faire sauter la garantie. Désormais, c’est fini : Apple propose un système d’auto-réparation.

Après les Etats-Unis, il a lancé cette semaine en France un site internet qui propose plus de 200 pièces de rechange et outils spécifiques pour les iPhone 12 et 13 et les Macs. Ça va de 8 euros pour un support de carte SIM, 44 euros pour un haut-parleur, à 187 euros pour un module photo et 320 euros pour un écran d’iPhone 12 ou 13, sachant qu’en renvoyant une pièce défectueuse on obtient un crédit d’achat. On trouve aussi sur ce site des manuels didactiques qui expliquent pas à pas comment réparer un écran ou changer une batterie. Et puis, on peut aussi acheter ou louer les outils de réparation: vis de sécurité, machine chauffante pour démonter l’écran de son téléphone… 59 euros la semaine. Vous recevez alors une mallette de réparation à la maison, qui pèse 20 kilos. Quant à la manipulation elle-même, elle demande une minutie et une précision extrême. En clair, pour remplacer une simple batterie, on se retrouve à devoir installer à la maison un mini atelier. Et si on fait n’importe quoi, la garantie saute quand même. C’est donc à réserver aux bricoleurs avertis, voire aux MacGyver du smartphone. Amis de la team ‘gros doigts’, passez votre chemin...

Dissuader les bricoleurs potentiels?

Les plus cyniques (ou les plus réalistes ?) se demandent si ce n’est pas un peu fait exprès... Si ce dispositif franchement complexe ne serait pas en réalité conçu pour habilement dissuader les bricoleurs potentiels, tout en ménageant les autorités qui mettent la pression sur le "droit à la réparation". Aux Etats-Unis, l’administration Biden veut légiférer pour forcer les géants de la tech à permettre aux consommateurs de réparer eux-mêmes. Et puis en France, dans le cadre de la loi anti-gaspillage, les fabricants sont obligés de rendre disponibles certaines pièces. Ça dépasse largement les smartphones d’ailleurs. Et les produits électroniques sont maintenant obligés d’afficher un "indice de réparabilité", une note de 1 à 10 en fonction de leur démontabilité, de la disponibilité des pièces de rechange… Les iPhone tournent entre 4 et 6 sur 10 selon les modèles. Apple est aussi dans le collimateur des associations, visée notamment par l’association Halte à l’obsolescence programmée, qui lui reproche de rejeter (grâce à un système de micro-puces) les pièces non officielles. Exactement les mêmes mais souvent moins chères quand on les achète ailleurs que chez Apple.

Et puis il y a aussi une pression des consommateurs. Les budgets sont serrés et on préfère réparer plutôt que remplacer… On le voit bien avec le succès de sites et de chaînes Youtube spécialisées dans la réparation des appareils électroniques, comme l’excellent iFixit, pour des considérations écologiques certes, mais aussi économiques. Dans un contexte de pouvoir d’achat contraint et d’inflation, on n’a pas envie de changer de smartphone pour une rayure sur l’écran. Il y a aussi le fait que les innovations de ces dernières années donnent moins envie d’acheter la dernière nouveauté. En France, les ventes de smartphone sont en baisse continue depuis cinq ans. Et on en change en moyenne tous les 24 mois, contre 20 mois en 2018. On le voit aussi avec le succès d’entreprises comme BackMarket, qui vend du reconditionné et qui connaît un succès considérable. Donc les fabricants sont un peu obligés de suivre. D’ailleurs, Apple n’est pas le seul. Depuis quelques mois, Samsung propose exactement la même chose.

Anthony Morel