RMC

"Dupin Quotidien": électricité verte, comment éviter les arnaques?

Les offres en électricité verte explosent et séduisent de plus en plus. Pourtant, derrière celles-ci se cache une forme de tromperie. Selon un classement inédit dévoilé par Greenpeace, certains fournisseurs ne sont pas si propres. Qui sont les mauvais élèves et ceux qui sont réellement vertueux? Décryptage de Marie Dupin.

C’est un classement inédit: un guide des fournisseurs d’électricité verte. Car si l'on voit fleurir des offres "vertes", qui sait ce qu'il se cache réellement derrière?

Avec ce classement élaboré pour la première fois par Greenpeace, on se rend compte que la plupart des consommateurs sont en réalité trompés sur la marchandise. Lorsqu’ils souscrivent une offre pour de l’électricité verte, ils croient se chauffer avec de l’énergie produite de façon renouvelable. Ce n’est pas du tout le cas.

Aujourd'hui, la réglementation n’oblige pas les fournisseurs d’électricité qui proposent des "offres vertes" à acheter de l’électricité renouvelable mais simplement un certificat "garantie d’origine" qui atteste qu’une certaine quantité d’électricité renouvelable a été injectée sur le réseau en France ou ailleurs en Europe.

Mais votre électricité n’est pas verte pour autant et l’argent que vous dépensez n’est pas utilisé pour financer des installations renouvelables au contraire il servira sans doute à investir dans le nucléaire, le gaz, ou encore le charbon…

Tous les fournisseurs d’électricité ne se valent pas

Greenpeace a ainsi classé 19 fournisseurs en quatre catégories. Les trois premiers du classement sont réellement vertueux, vraiment verts c'est à dire que plus de 95% de l’électricité qu’ils fournissent est issue d’énergies renouvelables.

Il s’agit notamment d’Enercoop et Energie d’ici. Ensuite, il y a ceux qui sont en bonne voie (50% environ d’énergie verte) comme Planète Oui ou EkWateur.

Enfin les mauvais et les très mauvais élèves, parmi lesquels EDF Direct Energie et Total Spring. Ceux-là produisent en très grande majorité de l’énergie sale et dangereuse (charbon, gaz de schiste, nucléaire, etc.) et continuent d’investir massivement dans ces énergies. Par exemple, EDF ne produit que 10% d’énergies renouvelables et le groupe est en train de construire quatre fois plus de capacités nucléaires que renouvelables. Idem pour Total Spring qui promet des offres "100% vertes", alors qu’en réalité, il fournit surtout de l’énergie non renouvelable.

Agir pour l’environnement en changeant de fournisseur d’électricité

Vos factures d’électricité payées peuvent permettre de financer des énergies renouvelables. Le problème, c’est qu’environ un Français sur deux ne sait toujours pas qu’il peut changer de fournisseur. C’est pourtant très facile: le nouveau fournisseur s’occupe de tout et il n’y a aucun risque d’approvisionnement.

Marie Dupin (avec XA)