RMC

Energie: quand la peinture fait baisser la facture

Une peinture pour faire baisser la facture d'énergie

Une peinture pour faire baisser la facture d'énergie - RMC

Dans "Estelle Midi" ce lundi sur RMC, Anthony Morel présente comment faire baisser sa facture énergétique grâce à de la peinture.

Comment faire baisser la facture d’énergie ? Des chercheurs australiens ont mis au point une peinture solaire. Après les panneaux, la peinture photovoltaïque. On badigeonne les murs de sa maison et ils deviennent une source d’énergie. Plusieurs équipes de chercheurs travaillent sur le sujet. Dernier projet en date, celui l’université de Melbourne. Le processus est assez complexe, mais en gros, cette peinture qu’ils ont mise au point contient un composé chimique (le sulfate de molybdène synthétique), qui a la particularité de servir de semi-conducteur. Elle va absorber les rayons du soleil mais aussi l’humidité contenue dans l’air ambiant. Et à partir de ça, elle va produire de l’électricité. Pour résumer, il suffit de recouvrir le mur de sa maison de cette peinture spéciale et il devient capable de produire de l’énergie. Et pas seulement ! On pourrait peindre potentiellement n’importe quelle surface et la transformer en producteur d’électricité. Bureaux, supermarchés, une clôture qu’il suffirait de peindre pour la rendre électrique, un lampadaire pour qu’il s’allume, ou une voiture électrique qui se servirait de la peinture sur la carrosserie pour alimenter la batterie… Pour l’instant, on en est encore à la phase de recherche, la commercialisation devrait arriver d’ici cinq ans, et les chercheurs ne précisent pas le rendement énergétique, ce qui est souvent le gros problème avec le solaire… Mais cette peinture solaire -qui serait très peu coûteuse- pourrait compléter les panneaux photovoltaïques qu’on trouve sur les toits. Si on se prépare à une France toujours plus ensoleillée, c’est une solution assez séduisante.

Cet été, on a aussi beaucoup parlé de ces peintures blanches qui font baisser la température en cas de grande chaleur. Et là aussi, il y a des innovations intéressantes. Une technique qui vient des Etats-Unis qu’on appelle le "cool roofing", qui permet de faire baisser la facture en évitant d’utiliser trop les systèmes de climatisation. Enorme succès par exemple de la startup nantaise Enercool, avec une peinture de toit qui fait baisser la température intérieure de 6 degrés en cas de forte chaleur et de 40% les coûts liés à la climatisation... Juste grâce à la peinture ! Peinture blanche, mais surtout peinture dite réflective, conçue avec des pigments spéciaux qui réfléchissent les rayons du soleil, y compris infrarouges, à hauteur de plus de 80%. Une techno utilisée à la base par la Nasa pour ses propulseurs, pour les protéger des rayons solaires. C’est très populaire, y compris auprès des administrations. La métropole de Nantes, par exemple, a commencé à l’adopter. Mais aussi sur des immeubles d’habitation en région parisienne. On peut l’acheter, comptez 20 euros du mètre carré, beaucoup moins chère qu’une isolation thermique classique.

Une peinture intérieure qui

Et ça donne quoi l’hiver ? Là, pour le coup, il faut miser sur des peintures non pas extérieures, mais intérieures, de nouvelle génération. Et là encore, c’est assez magique. Une autre entreprise française a mis au point une peinture baptisée Tempolis, qui stocke la chaleur dans la journée et la restitue le soir. C’est une PME basée à Trégueux, dans les Côtes d’Armor, qui a mis au point ce dispositif assez génial. Grâce à ce qu’on appelle un matériau à changement de phase, dès que la température dans la pièce dépasse les 23 degrés, le revêtement va stocker, emprisonner cette chaleur et la restituer progressivement au moment où la température commence à baisser, typiquement le soir. Ça fonctionne l’été et l’hiver. Ça coûte un peu plus cher que de la peinture traditionnelle mais l’investissement s’amortit rapidement puisque ça permettrait, selon ses créateurs, d’économiser 10 à 15% sur sa facture d’électricité par an.

Anthony Morel