RMC

PC "zombies" ou outils informatiques dépassés: qui a fait sauter les cours à distance de l'Education nationale?

Une enquête a été ouverte mercredi pour faire la lumière sur l'inaccessibilité des cours par internet, au premier jour de l'école en distanciel. Mais des professeurs s'étonne que les outils pédagogiques n'aient pas évolué en un an.

Rien ne s'est passé comme prévu. Juliette, en terminale en Isère n'a jamais pu se connecter. Mardi matin, un message d’erreur s’est affiché à chaque connexion pour les 2 cours en ligne sur le CNED: "Dans ma classe c'était pour tout le monde pareil. Cela m'a un peu frustré. Si c'est comme a tous les jours, on va un peu perdre la motivation derrière".

Et devant leurs claviers, les enseignants fulminent aussi. Jordan Allory, a dû annulé ses 4 cours d’histoire-géographie en Loire Atlantique. Des problèmes techniques désespérants il à la veille du brevet blanc :"Cela me met en colère. Les outils pédagogiques qu'on a actuellement, n'ont pas évolué en un an et c’est ça qu’est dramatique pour l’éducation".

>> A LIRE AUSSI - "Mon employeur peut-il me forcer à poser deux semaines de congés pour garder mes enfants?"

"Un lycéen doué peut très bien lancer une attaque sur les serveurs du CNED"

La panne, indique le ministère a été provoquée par des connexions massives et simultanées à l’étranger. Techniquement, cela ne veut pas forcément dire qu’une puissance étrangère se cache derrière précise François Amigorena, dirigeant d’une société de cybersécurité: "Un étudiant français en informatique ou un lycéen doué sur ce genre de technologie peut très bien accéder au 'Darkweb' et louer un réseau de "PC zombies" pour lancer une attaque sur les serveurs du CNED".

Le CNED va porter plainte, la plateforme a transmis les éléments aux autorités pour savoir qui a piloté ces "PC zombies". Mercredi matin, une enquête a été ouverte par le section cybercriminalité du Parquet de Paris.

>> A LIRE AUSSI - Ecole à la maison: enquête ouverte à Paris après les attaques informatiques contre le Cned

Nicolas Traino (avec Guillaume Dussourt)