RMC

Sur les 100 derniers jours d’une campagne présidentielle, ce n’est pas que de la com' mais presque

Aurore Gorius est journaliste pour le site lesjours.fr et fait paraître chez Fayard Les gourous de la com' dérapent. Dans 100% Bachelot, elle explique le rôle des communicants pour les hommes politiques.

Les agences de communication sont très importantes pendant la campagne présidentielle. Auteur du livre, Les gourous de la com’ dérapent, Aurore Gorius les a rencontrés pour comprendre leurs stratégies, leurs réussites mais aussi leurs échecs. Au micro de 100% Bachelot, la journaliste explique leur importance et certaines de leurs stratégies.

"L’emprise des communicants sur les hommes politiques est assez forte. Sur les 100 derniers jours d’une campagne présidentielle, ce n’est pas que de la com’, mais presque. C’est-à-dire que c’est vraiment une bataille de communication, une bataille pour être visible, avec des séquences de communication qui sont très préparées. Elles sont pensées en amont pour s’imposer sur des thèmes vraiment précis. Du coup, les communicants ont un rôle important sur les politiques qui s’en remettent souvent à eux".

La journaliste raconte aussi ce que sont les fameuses "séquences" de communication. "On va se dire que la semaine prochaine, on va essayer de s’imposer sur tel thème de campagne. Il faut donc l’imposer dans les médias. Si on veut en faire parler on prévoit tout un dispositif avec par exemple un meeting et un déplacement en province. Ce déplacement va faire parler de cette thématique. Le lendemain, des relais, des porte-paroles de la campagne vont parler de cette thématique dans les médias. Ça va être pensé comme ça sur 24 ou 48 heures pour construire une séquence. Le candidat va, avec ses porte-paroles, avec son équipe et son entourage, s’imposer dans les médias pour être visible et imposer le thème de sa campagne afin que l’on parle de sa campagne. C’est donc quelque chose de très organisé, très pensé."

100% Bachelot avec A. B