RMC

Affaire Fillon: "on ne croit plus en la politique, alors on sélectionne des personnalités"

Pour Jean-Sébastien Ferjou, directeur et fondateur du site Atlantico, invité ce lundi de Bureau de Vote sur RMC, si l'affaire Fillon prend une telle ampleur, c'est en raison du "vide politique" et du "manque de projets" pour la France.

Pourquoi parle-t-on autant de l'affaire Fillon? C'est la question posée ce lundi dans Bureau de vote et qui divise les auditeurs. D'un côté, ceux qui sont choqués par l'affaire en elle-même, et ceux qui y voient une diversion pour nuire au candidat de la droite à la présidentielle et qui regrettent qu'elle fasse la une des médias. Deux visions opposées qui sont révélatrices surtout d'un vide politique, selon Jean-Sébastien Ferjou, directeur et fondateur du site Atlantico, invité ce lundi de RMC. "Il n'y a plus d'idées et les gens ne croient plus en la politique. Les projets politiques sont moins convaincants, il y a moins d'explications du monde, il y a moins de projets qui nous font croire que demain (les hommes politiques) vont changer notre vie".

"A partir du moment où on ne croit plus en la politique, on en revient plus au concours de beauté et à la sélection des personnalités. On regarde si cette personnalité est respectable. Ça montre surtout l'ère du vide politique dans lequel nous sommes entrés".

C'est pire aux États-Unis

"Il y a deux manières de regarder les choses. Soit on choisit les hommes politiques pour leur personnalité, leur honnêteté. Soit on les choisit en fonction du projet politique qu'ils portent. On voit qu'il y a des gens qui se déterminent par rapport au projet politique, et d'autres par rapport à leur personnalité", explique Jean-Sébastien Ferjou.

Mais le directeur et fondateur d'Atlantico rappelle que nos mœurs, en la matière, sont plutôt raisonnables par rapport à d'autres pays. "Aux États-Unis, on passe au crible les candidatures: on regarde tous leurs points faibles, tout ce qui pourra servir à des attaques. On ne le fait pas en France".

P. Gril avec JJ. Bourdin