RMC

Affaire Fillon: "les dégâts politiques sont considérables" estime Henri Guaino

François Fillon donnera une conférence de presse ce lundi en fin d'après-midi. 250 journalistes du monde entier sont attendus à son QG. Pour Henri Guaino, député LR des Yvelines, François Fillon n’est plus audible.

Pour sortir de la polémique dans laquelle il est englué depuis deux semaines, François Fillon organise ce lundi à 16 heures une conférence de presse à son QG. Invité des Grandes Gueules, le député des Yvelines, Henri Guaino estime que la rigueur du programme du candidat à la présidentielle est antinomique avec les accusations qui planent sur lui.

"Je ne vois pas comment il peut désormais faire campagne sur son programme dans la situation où il se trouve. Vous ne pouvez pas demander aux gens de se serrer la ceinture et se retrouver dans cette situation, quel qu'en soit d’ailleurs les suites judiciaires. Maintenant il est le seul à pouvoir décider. Vous ne pouvez pas demander des sacrifices comme ça dans l’état actuel de la société française."

"Aujourd’hui il n’est plus en mesure de faire campagne sur son programme."

Henri Guaino juge les soupçons trop importants et surtout trop nombreux pour poursuivre cette campagne. "Il n’y aucune procédure qui permette de changer de candidat. C’est à lui de décider quand il jugera la situation intenable. Les soupçons et les sommes en jeux sont importants. On est tout de même sortie de la norme des rémunérations des assistants parlementaires. Et puis il n’y pas que cela il y a les soupçons sur la Revue des Deux Mondes, il y a des activités de conseil qui sont sorties, l’histoire du Sénat, il y a beaucoup de choses sur la table. Moi je ne juge pas de sa culpabilité je constate simplement les dégâts dans l’opinion, justifiés ou pas. Aujourd’hui il n’est plus en mesure de faire campagne sur son programme."

Interrogé sur les quatre millions de tracts "Stop à la chasse à l’homme", distribués par les militants Les Républicains ce week-end, le député des Yvelines précise que "personne ne peut l’empêcher de faire campagne." 

"Concernant les tracts, c’est lui qui décide, c’est lui qui a récupéré l’argent des primaires, tout cela est statutaire. Personne ne peut l’empêcher de faire campagne et d’utiliser les moyens qui sont à sa disposition. Alors c’est à tort ou à raison. Peut-être qu’il espère renverser l’opinion en sa faveur. Moi je considère aujourd’hui que les dégâts politiques sont considérables dans l’état actuel de la société française, à lui d’en tirer les conséquences."

Les Grandes Gueules avec A. B.