RMC

Près de Limoges, un chauffeur de car scolaire licencié pour "arrêts sauvages"

Près de Limoges, un chauffeur de car scolaire déposait des enfants devant chez eux pour éviter qu'ils n'aient à marcher 600 mètres "dans le noir, dans le froid, sans trottoir ni éclairage" Il a été licencié pour "arrêts sauvages".


Christelle Nozière, habitante des Billanges et mère d'une enfant qui profitait des services du chauffeur de car, témoigne de son incompréhension sur RMC : "Ma fille doit parcourir 650 mètres tôt le matin, dans le noir, pareil le soir vers 17h45. il n'y pas d'éclairage public, ni de trottoir. Elle doit marcher dans le fossé. Par souci de sécurité, le conducteur s'arrêtait devant la maison, c'est sur le trajet, il n'y a aucun détour. Le conducteur a été licencié car il a fait des arrêts sauvages. Ma requête de nouvel arrêt a été à chaque fois refusée car pour poser une nouvelle borne d'arrêt, elle doit être espacée d'au moins un kilomètre d'une autre. Or, nous sommes à 650 mètres. Nous nous sommes tous mobilisés et avons contacté tout de suite les médias locaux. La société de transport, pour préserver son image, a maintenu l'arrêt devant notre maison. Le chauffeur est très peiné, il est très apprécié dans le village. Cela fait 17 ans qu'il conduit les enfants. Tous les parents l'apprécient, comme les enfants."